Menu
dans

Des chercheurs apprennent à un robot à rire grâce à l’IA

Pour ces chercheurs, les systèmes d’IA pourraient aider un robot à rire à point nommé et améliorer les dialogues avec les humains.

Rire, cette expression de sentiment peut prendre différentes formes. Pour cette équipe de chercheurs, apprendre à un système d’IA à rire au moment opportun serait une étape décisive dans le domaine du robotique.

Une conversation naturelle avec un robot qui peut rire

L’équipe responsable du projet a travaillé avec une gynoïde du nom d’Erica. L’objectif de l’étude : apprendre à robot à rire de façon naturelle et à exprimer son empathie au bon moment.

Selon le Dr Kohi Inoue, l’empathie fait partie des fonctions principales et appréciables que devrait avoir les systèmes d’IA. L’idée principale du projet de recherche serait alors de faire en sorte que les robots IA puissent partager leur sentiment avec leur interlocuteur humain. Cela dans le but d’améliorer la conversation entre une personne physique et un système d’intelligence artificielle.

Dans l’ensemble du processus, le Dr Inoue, accompagné de ses camarades de laboratoire, devront arriver à un objectif spécifique. Ils ont ainsi tenté d’apprendre l’art et les règles du rire conversationnel à leur système d’IA. Pour ce faire, ils ont recours à des données d’apprentissage issues de pas moins de 80 conversations de rencontre express. Et c’est avec l’intervention de 4 actrices qu’ils ont pu faire en sorte que le robot puisse dialoguer de manière plus humaine.

Afin d’aider le système d’IA à adopter le rire approprié, les données conversationnelles inventoriées se conjuguaient plutôt à des rires en solitaire, d’enjouement et collectifs.

L’équipe du Dr Inoue affirme tout de même qu’il est difficile, voire délicat, de simuler un rire mesquin. Par contre, participer à un rire émouvant serait plus empathique. Pour le cas du robot en question, il a pu apprendre et assimiler les rires à caractéristiques sociales, c’est-à-dire le genre de rire plus retenu. Toujours selon le Dr Inoue, le système d’IA a également pu s’initier au rire joyeux. 

Des challenges difficiles à relever

Lors de notre interview, le Dr Inoue a avoué une chose qui a plus ou moins déstabilisé son équipe. Mais cela ne les empêchait pas d’avancer dans leur projet de robotique. Il a énoncé qu’ils ont relevé un défi de haut niveau : « le vrai blocage dans notre travail résidait sur l’identification des cas réels de rires partagés. Ce n’est en aucun cas une tâche facile ». « On a dû catégoriser les rires pour pouvoir les analyser et adapter les réactions de l’IA en fonction du sentiment qu’elle ressent », ajoute-t-il.

Par la suite, l’équipe du Dr Inoue a passé un autre test et cette fois-ci, elle a intégré 4 types de conversation dans le système. Elle a aussi intégré les nouvelles règles dans le programme de dialogue du robot. Des comparaisons ont alors été effectuées entre les situations où Erica émettait des rires sociaux et les conversations préinstallées dans le logiciel.

Résultats : la création d’un robot capable d’avoir des caractères bien distincts est tout à fait possible. Toutefois, il faudra encore attendre une vingtaine d’année avant de pouvoir dialoguer avec un robot IA à l’exemple d’une discussion humaine.

Laisser un commentaire

Quitter la version mobile