Menu
dans

La nouvelle station spatiale russe utilisera l’intelligence artificielle

La nouvelle station spatiale russe utilisera intelligence artificielle

D’ici quelques années, la nouvelle station spatiale russe fonctionnera avec une intelligence artificielle et des robots.

Le chef de la société Roscosmos a en effet déclaré que la station fonctionnera en grande partie de manière autonome et sera plus intelligente. Selon lui, elle devrait être largement plus efficace que la Station Spatiale Internationale (ISS).

Le retrait de la Russie de l’ISS ?

En avril dernier, le vice-Premier ministre russe Iouri Borissov a exprimé son avis concernant la Station spatiale Internationale. D’après lui, son état actuel laisse à désirer et il annoncé que son pays va se retirer du projet. Il a ajouté que la Russie pourrait se concentrer sur la création de son propre avant-poste orbital.

Récemment, Dmitri Rogozin, le PDG de Roscosmos a déclaré que la société souhaite fabriquer une station spatiale plus efficace de l’ISS. Pour rappel, Roscosmos est une société d’État mise en place pour superviser et réformer l’industrie spatiale russe. Elle est également responsable de la coopération spatiale internationale et de mettre en œuvre les ressources nécessaires pour accueillir les futurs résultats des activités spatiales du pays.

La nouvelle station spatiale russe évoquée par Rogozin utilisera alors l’intelligence artificielle pour être plus autonome et plus efficace que l’ISS.

Une nouvelle station spatiale russe utilisera l’intelligence artificielle et des robots

Selon Rogozin, le nouveau système et la station elle-même pourront fonctionner de manière plus autonome. Grâce à des éléments d’intelligence artificielle, la future station spatiale russe ferait preuve d’une intelligence du plus haut niveau, a-t-il déclaré.

Par ailleurs, elle utilisera également la robotique, et plus précisément des robots extravéhiculaires. Le nouvel avant-poste orbital sera associé au remorqueur à propulsion nucléaire Zeus. Cela servira de prototype pour les longs vols interplanétaires à venir, toujours selon le chef de Roscosmos.

Outre les éléments d’IA et les robots, la station en question comportera une nouvelle génération de modules orbitaux. Autrement dit, elle sera dotée d’une architecture ouverte et inclura des modules similaires. Celles-ci pourront alors se substituer entre elles une fois que leur durée de vie sera atteinte.

Par ailleurs, nous n’aurons pas à attendre bien longtemps pour voir ROSS ou la nouvelle station de service orbitale russe en activité. En effet, Rogozin affirme que la société d’État devrait commencer à la déployer d’ici cinq ou six ans.

Laisser un commentaire

Quitter la version mobile