dans ,

Robotique : ce nouveau brassard peut transmettre des sensations tactiles artificielles

Brassard robotique sensations tactiles

Avec ce nouveau brassard robotique, les utilisateurs de maints prothétiques pourront retrouver leur dextérité.

Cette découverte pourrait changer la manière de contrôler les mains artificielles littéralement jusqu’au bout des doigts. Des chercheurs ont développé un nouveau brassard robotique souple et portable qui peut transmettre des sensations tactiles artificielles grâce à l’EMG. Il permet effectivement à une main artificielle d’effectuer différents mouvements simultanés avec ses doigts.

Développer un brassard robotique pour relever le défi des mains artificielles

Les mains robotiques et prothétiques les mieux développées jusqu’à ce jour peuvent exercer une seule force de préhension à la fois. Pour les personnes qui ont perdu l’usage de leur membre, c’est déjà une bonne chose. Mais si elles pouvaient retrouver les sensations tactiles et la capacité d’effectuer différents mouvements à la fois avec leurs doigts, ne serait-ce pas préférable ?

C’est ce que des chercheurs de College of Engineering and Computer Science de la Florida Atlantic University ont réussi à développer. Ils ont effectivement conçu un système qui permet de contrôler les forces de préhensions appliquées simultanément à deux objets différents. Pour leur recherche, ils ont collaboré avec le Charles E. Schmidt College of Science de la FAU.

Dans le cadre de l’étude, ils ont combiné la sensation haptique et le contrôle de l’électromyogramme (EMG) avec un brassard robotique. Ils ont également évalué le rôle du retour visuel et le gain de temps apporté par cette technique.

Une main, deux forces de préhensions simultanées

Au cours de l’étude, les chercheurs ont utilisé le brassard pour contrôler une main robotique. Une tâche consistait à contrôler proportionnellement une carte pincée entre l’index et le majeur tandis que le pouce et l’auriculaire dévissaient le couvercle d’une bouteille d’eau. Dans une autre démonstration, trois doigts devaient saisir une balle pendant que l’auriculaire actionnait un interrupteur.

Les multiples canaux de retour haptique dans le brassard ont permis la préhension et le transport de deux objets simultanés. De plus, même avec une vision obstruée, la main artificielle n’a ni cassé ni laissé tomber les objets. Cela va sans dire que le temps nécessaire à cette approche est nettement plus court par rapport à l’approche « un par un ».

Stella Batalama, doyenne du College of Engineering and Computer Science de la FAU, souligne l’importance de cette étude pour le développement des mains prothétiques dans les centres cliniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.