in

Une IA décrypte les Papyrus d’Herculanum

Les potentialités de l’intelligence artificielle semblent infinies et ne cessent de nous surprendre. Cette technologie révolutionnaire a réussi à résoudre des énigmes archéologiques ancestrales. Grâce à l’IA, des chercheurs ont pu déchiffrer les fragiles Papyrus d’Herculanum, carbonisés depuis deux millénaires.

Un trésor archéologique, vieux de 2000 ans

Véritable trésor archéologique, les Papyrus d’Herculanum ont été découverts au XVIIIe siècle dans la ville antique d’Herculanum en Italie. La catastrophique éruption du Vésuve en 79 ap JC a englouti cette cité ainsi que la ville de Pompéi sous les cendres.

Des archéologues ont trouvé ces documents carbonisés datant d’il y a près de 2000 ans dans une villa. Ils sont depuis conservés à la Bibliothèque Nationale de Naples en Italie et à l’Institut de France à Paris. Cependant, l’état fragile de ces rouleaux de Papyrus rend leur lecture impossible. Toute tentative de les dérouler pourrait les endommager davantage, comme ce fut le cas par le passé. Les chercheurs n’ont donc pas pu les exploiter et les déchiffrer.

Trois chercheurs remportent le prix du Vesuvius Challenge

L’exploit de décrypter les mystérieux Papyrus d’Herculanum relevait de l’impossible, jusqu’à ce qu’un défi vienne changer la donne. Le chercheur Brent Seales et le fondateur de GitHub Nat Friedman ont organisé le « Vesuvius Challenge » afin de résoudre l’énigme millénaire des Papyrus d’Herculanum. Les organisateurs du concours ont scanné des extraits de ces Papyrus antiques et offrent à ceux qui réussissent à relever le défi une récompense d’un million de dollars. Pour cela, il faut transcrire avec succès au moins 85 % de 4 passages de 140 caractères issus de rouleaux numérisés.

Après 2 000 ans d’énigme, l’impossible est enfin accompli ! Grâce aux efforts de trois chercheurs, les fragiles écrits carbonisés des Papyrus d’Herculanum livrent peu à peu leurs secrets. Luke Farritor, stagiaire chez SpaceX, Julian Schilliger, étudiant suisse en robotique, et Youssef Nader, doctorant à Berlin, sont parvenus à déchiffrer une partie de ces textes. Pour cette réussite, ils ont gagné la coquette somme de 700 000 dollars.

5 % du rouleau déchiffré avec l’aide de l’IA

Les trois lauréats du concours du défi sont parvenus, via le machine learning, à distinguer l’encre du support et à déterminer la nature des caractères grecs en détectant les répétitions. Les algorithmes leur ont permis à déchiffrer le premier mot grec signifiant « violet », puis à décrypter près de 5 % d’un rouleau.

D’après Nat Friedman, ce passage déchiffré émanerait du philosophe épicurien Philodème. Il évoque le plaisir sous différentes formes. Les historiens estiment que ces Papyrus carbonisés appartenaient à Calpurnia, l’une des épouses de Jules César.

Cette percée technologique fait renaître l’espoir de réécrire l’histoire antique, selon le chercheur Robert Fowler. Le site archéologique de la « villa des papyrus » renfermerait encore de fabuleux trésors enfouis. D’après les estimations des archéologues, des milliers de rouleaux de papyrus gisent encore sous les cendres dans cette villa. Leur déchiffrage et analyse par l’intelligence artificielle combleraient une immense lacune de notre connaissance de la civilisation grecque antique.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *