dans

Cette IA aide à lutter contre l’espionnage par microphone

IA : lutter contre l'espionnage par microphone

Des chercheurs ont développé un algorithme d’IA qui pourrait empêcher l’espionnage par microphone.

Au cours des dernières années, l’intelligence artificielle s’est enracinée dans les entreprises et dans notre quotidien. Elle apporte sa contribution dans différents domaines allant du divertissement à l’environnement, en passant par le travail. Mais elle peut également améliorer la sécurité de chacun face aux menaces du monde numérique.

Empêcher l’espionnage par microphone à l’aide de l’IA

Tout comme il est possible de se faire espionner par webcam, l’idée de se faire espionner par le biais d’un microphone est tout à fait probable. Après tout, les assistants vocaux nous écoutent en permanence pour détecter les commandes vocales qui leur sont adressées. C’est peut-être la raison pour laquelle certaines publicités sur tel ou tel service arrivent juste après que nous l’ayons mentionné dans une discussion.

Il convient de noter que nous ne faisons pas allusion à un système d’écoute qui implique l’utilisation d’un microphone spécifique. Aujourd’hui, les appareils mobiles tels que les smartphones, les ordinateurs portables et les enceintes connectées ont tous un microphone intégré.

Grâce à la technologie du NLP (traitement du langage naturel), ces appareils peuvent automatiquement détecter et comprendre le langage naturel. L’espionnage par microphone à laquelle nous faisons référence est donc l’utilisation des ces techniques d’IA pour extraire des informations à partir de conversations personnelles.

Un modèle d’attaque prédictive pour camoufler la voix

Afin d’atténuer les risques, des chercheurs ont précédemment utilisé un bruit blanc pour tromper les systèmes de reconnaissance vocale. Toutefois, le camouflage en temps réel pose une grande difficulté en raison du calcul et du matériel nécessaire.

Pour ces chercheurs de l’Université de Columbia, la seule solution est de développer un modèle prédictif capable de suivre le rythme de la parole humaine. De ce fait, le modèle pourrait identifier les caractéristiques du langage pour générer des bruits perturbateurs. Ils ont donc développé un algorithme de deep learning basé sur des attaques prédictives.

Au cours de l’étude, les chercheurs ont découvert que le meilleur temps de prédiction est de 0,5 seconde. Les résultats ont également montré que l’IA peut empêcher l’espionnage par microphone en induisant les systèmes de reconnaissance vocale en erreur dans 80 % des cas.

Actuellement en phase de prototype, l’algorithme est entraîné sur la langue anglaise. Néanmoins, les chercheurs prévoient d’en faire une application disponible dans plusieurs langues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.