dans

L’IA et la robotique pourraient accélérer le traitement des lésions de la moelle épinière

L'IA et la robotique pourraient accélérer le traitement des lésions de la moelle épinière

Ensemble, la robotique et l’IA pourraient accélérer le développement de nouveaux traitements des lésions de la moelle épinière.

De part et d’autre, l’intelligence artificielle et la robotique sont utilisées dans le cadre des recherches pour la médecine. Mais ensemble, elles peuvent rendre un plus grand service aux chercheurs et surtout aux patients.

Guérir les lésions de la moelle épinière à l’aide de l’IA et de la robotique

Des chercheurs de l’université Rutgers ont récemment publié les résultats d’une nouvelle étude. Elle porte sur l’utilisation de l’IA et de la robotique dans le cadre du développement de traitements pour les lésions de la moelle épinière. Plus exactement, l’étude consistait à formuler de nouvelles protéines thérapeutiques.

Elle aboutit à la stabilisation d’une enzyme capable d’éliminer le tissu cicatriciel pour favoriser la régénération des tissus dans la moelle épinière. Il s’agit de la chondroïtinase ABC ou ChABC. Selon les auteurs de l’étude, ce serait la première fois que l’IA et la robotique sont simultanément utilisés dans la formulation de protéines thérapeutiques aussi efficaces.

L’union fait la force

Pour leur recherche, les scientifiques ont commencé par utiliser la machine learning pour identifier des copolymères synthétiques plus résistants. Ceux-ci sont capables d’envelopper les enzymes de type ChABC et de les stabiliser dans des environnements hostiles. 

Généralement, les CHEC deviennent instables à la température de 98,6 °F et peuvent perdre leur activité après quelques heures. L’un des chercheurs explique que pour maintenir l’efficacité thérapeutique de l’enzyme, des perfusions multiples à doses élevées sont nécessaires. Cela nécessite également des coûts plus élevés.

Mais les polymères stabilisés peuvent rester actifs à cette température et durent donc plus longtemps dans le corps humain (98,6 °F). Les chercheurs affirment même qu’une combinaison de copolymères a continué à retenir 30 % de l’enzyme pendant une semaine.

Entre autres, l’utilisation de l’IA et la robotique ouvre la voie vers la régénération tissulaire de la moelle épinière à plus long terme. Rappelons que les impacts d’une lésion de la moelle épinière peuvent être d’ordre physique, psychologique ou socio-économique sur les patients et ses proches. De plus, les effets secondaires (inflammation) peuvent créer un tissu cicatriciel plus dense. En conséquence, cela empêcherait la génération du tissu nerveux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.