dans

Un robot chien de l’armée s’équipe d’un fusil d’assaut

Q-UGV : le robot chien équipé d'un fusil d'assaut

Q-UGV, le robot chien de Ghost Robotics s’équipe d’un fusil d’assaut et devra bientôt entrer en service dans l’armée américaine.

 

Lors de la convention annuelle de l’AUSA à Washington, Ghost Robotics et SWORD International ont dévoilé la dernière version du Q-UGV. Les deux sociétés présentent le robot chien équipé d’un fusil d’assaut comme l’avenir de la guerre américaine.

Q-UGV : le robot chien armé d’un fusil d’assaut

Le Q-UGV ou Quadrupedal Unmanned Ground Vehicles est un robot chien développé par la société Ghost Robotics pour l’armée américaine. Il peut se relever après une chute et il utilise des capteurs pour se déplacer. Le Q-UGV peut même continuer de fonctionner sans ses capteurs.

Lors de la conférence annuelle de l’Association of the United States Army (AUSA) à Washington, une nouvelle version du robot quadrupède a été dévoilée. Le robot chien dispose désormais d’un fusil d’assaut Creedmoor de 6,5 millimètres avec la nacelle attachée au torse du Q-UGV. C’est SWORD International, une entreprise de carabines spécialisées basée au Nevada, qui a développée l’arme. Le fusil de type SPUR qui est spécialement conçu pour les plateformes sans pilotes peut tirer jusqu’à 1 200 mètres. Il dispose également de capteurs pour les conditions nocturnes.

Grâce à sa conception quadrupède, le Q-UGV offre une meilleure stabilisation aux fusils. En outre, le robot chien peut recevoir l’ordre, à distance, de chambrer une cartouche. Il peut ensuite la dégager et sécuriser l’arme. De plus, les fabricants l’ont équipé d’un silencieux pour empêcher les ennemis de repérer l’origine du tir.

Une arme létale ?

D’après SWORD International, cette nouvelle avancée permet d’armer les forces d’opérations spéciales de la dernière innovation en matière de létalité. Le Q-UGV était construit comme un patrouilleur et devient désormais un tireur d’élite éclaireur.

Mais pour certains, ce robot chien nouvellement armé d’un fusil de sniper représente une menace. Ils s’inquiètent éventuellement de l’utilisation des robots armés en tant qu’exécuteurs.

 

Une autre préoccupation concerne l’autonomie du Q-UGV. Outre le fait qu’il soit capable contrôler son arme, il reste à savoir dans quelle mesure il nécessitera une supervision pour le ciblage et l’engagement d’un tir. Et en tant que dispositif commandé à distance, il existe un risque que les ennemis interceptent ou brouillent le signal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.