dans

L’armée américaine confirme avoir utilisé l’IA pour atteindre des cibles

L'armée américaine confirme avoir utilisé l'IA pour atteindre des cibles

Le secrétaire de l’armée de l’air confirme avoir utilisé l’IA pour la première fois pour éliminer des cibles.

L’US Air Force (USAF) aurait déployé des algorithmes d’IA dans une chaîne de frappe opérationnelle en direct. Par ailleurs, les États-Unis tentent de rattraper leur retard sur la Chine en matière d’intelligence artificielle.

L’armée a enfin déployé l’IA pour frapper des cibles

C’est bien la première fois que les États-Unis confirment avoir déployé l’IA pour améliorer les missions de ciblage. Frank Kendall, le secrétaire de l’USAF, avait annoncé l’an dernier que cela permettrait de projeter la puissance de l’armée. Il affirme que son équipe a déployé cette année, pour la première fois, l’intelligence artificielle « sur une chaîne de frappe opérationnelle en direct ».

Entre autres, l’IA aurait permis à l’armée de sélectionner les cibles plus rapidement que lors des processus habituels (manuels). Cela s’est traduit par un raccourcissement du « kill chain » qui correspond à la structure d’une attaque. Cela inclut notamment l’identification, l’envoi de la force, la décision et l’ordre d’attaquer et enfin l’annihilation de la cible. D’autre part, l’utilisation de l’IA aurait accéléré la prise de décision.

Rattraper le retard sur la Chine

Il y a quelques semaines, un ancien responsable de logiciels du Pentagon avait affirmé que la Chine a des années d’avance sur les États-Unis en matière d’IA. Selon Nicolas Chaillan, les Américains doivent être plus intelligents et plus agiles pour rattraper ce retard.

En juin dernier, le Sénat a adopté une loi sur l’innovation et la concurrence. Dans la lutte contre la Chine, les États-Unis devront investir une somme de 250 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années.

Ils collaborent actuellement avec différents partenaires pour construire des équipements militaires de pointe. Le laboratoire de recherche de l’USAF et le Defence Science and Technology Laboratory (DSTL) du Royaume-Uni ont joint leur force dans cette initiative. Avec l’aide de l’IA, l’armée américaine et celle du Royaume-Uni pourront augmenter leur efficacité opérationnelle, comme lors de cette frappe de cibles. Elle permettra également d’améliorer la prise de décision et de diminuer le risque de décès en réduisant la charge en personnel.

Le Dr Robert W. Sadowski est membre du Combat Capabilities Development Command de l’armée américaine. D’après lui, les États-Unis sont déterminés à mettre la robotique et les systèmes autonomes entre les mains des combattants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.