dans ,

BI : la technologie au service des entreprises

BI

La BI met en œuvre différents processus technologiques efficaces là où, auparavant, l’intuition et l’expérience formaient les bases de décisions importantes. Elle consiste à exploiter les données pour en tirer des informations essentielles au succès d’une entreprise.

Toute décision prise par une entreprise doit avoir un impact positif sur ses revenus et sur ses activités. De ce fait, la prise de décision doit se faire sur une base solide d’informations significatives. Pour cela, l’entreprise exploite de grandes quantités de données de différentes sortes. La BI est un ensemble de processus technologiques qui permettent de tirer parti de ces données. Découvrez ce qu’est la Business Intelligence et quels outils elle utilise pour rendre service à l’entreprise.

BI : définition

La BI est un sigle qui désigne la Business Intelligence. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un terme utilisé dans le monde de l’entreprise faisant référence à un ensemble de méthodes et de programmes conçus pour exploiter les données. Plus précisément, la BI consiste à collecter, à stocker, à analyser et à transformer des données pour en extraire des informations essentielles pour l’entreprise.

En effet, les informations dérivées sont précieuses, car elles permettent d’éclairer les décisions et d’optimiser les activités et la productivité. Les décisions fondées sur les données peuvent améliorer différents axes dans l’entreprise. Nous entrerons dans les détails plus tard, mais nous pouvons déjà citer l’identification des modèles et des tendances, l’élaboration de stratégies marketing et commerciale ou encore l’identification des processus inefficaces. 

Concernant les données à exploiter, il peut être question de données historiques ou des données en temps réel. Ce sont deux catégories très différentes et qui sont utilisées ou exploitées à des fins différentes. D’autre part, la BI se base sur un portefeuille d’outils technologiques, à savoir des applications, des architectures, des plateformes, etc. pour prendre en charge les données.

L’histoire de la BI

Nous tenons à préciser que la définition de la BI n’a pas toujours été celle que nous connaissons aujourd’hui. Le concept de Business Intelligence est apparu dans les années 1960. À l’origine, elle faisait référence à un système de partage d’informations interorganisationnel. Une vingtaine d’années plus tard, l’apparition de nouveaux modèles informatiques a permis de transformer les données et informations significatives. Par conséquent, la BI est devenue un processus informatique utilisé pour améliorer la prise de décisions. Actuellement, la Business Intelligence implique des solutions et des services proposés par des fournisseurs sur des plateformes. Pour faire simple, les entreprises consommateurs peuvent accéder à des analyses en libre-service et à la gouvernance des données.

La BI traditionnelle vs la BI moderne

Bien que reposant chacune sur les services informatiques, la BI traditionnelle et la BI moderne sont assez différentes. Dans l’approche traditionnelle, l’analyse de données est synonyme de rapports statiques. Autrement dit, chaque fois qu’un utilisateur a une question, il doit lancer un processus pour générer un nouveau rapport. Cette méthode ne permet donc pas d’exploiter des données en temps réel et n’est pas le meilleur processus décisionnel qui soit.

En revanche, les logiciels modernes permettent aux utilisateurs, et non seulement aux analystes de données, d’accéder aux informations et de créer des rapports. Par ailleurs, ils offrent la possibilité de visualiser les données sur des tableaux de bord personnalisés permettant de répondre rapidement à toutes les questions.

Les techniques de BI

La BI est donc un ensemble de processus et d’outils technologiques qui visent à améliorer les performances de l’entreprise. Notons cependant qu’il existe différentes méthodes utilisées pour la collecte, le stockage et l’analyse des données. De même, l’exploration, la visualisation et le partage d’informations peuvent prendre différentes formes.

Le data mining

Le data mining ou l’exploration des données fait référence à la collecte, à l’analyse, au triage et à la transformation des données brutes en informations exploitables. Pour cela, il utilise des bases de données, dont la pratique la plus courante actuellement est l’exploitation du Big Data. Il se base également sur des statistiques ainsi que des outils de machine learning. Le data mining consiste donc à identifier les tendances et les relations dans les grands ensembles de données.

La préparation des données

Comme nous l’avons mentionné précédemment, la BI exploite de grandes quantités de données. De ce fait, les données collectées doivent d’abord être combinées structurées avant de passer à l’analyse.

Les requêtes

Une requête correspond à une question ou à une interrogation d’une base de données. En d’autres termes, elle fait référence à l’information spécifique que l’utilisateur souhaite extraire.

La visualisation des données

Il s’agit ici de fournir représenter visuellement les données à l’aide de graphiques, de diagrammes ou de diagrammes pour en faciliter l’analyse et l’utilisation.

Les différents types d’analyses

Les analyses effectuées dans la BI varient en fonction de la requête et des types de données. L’analyse comparative, par exemple, se base sur les données historiques pour comparer les processus opérationnels actuels. L’objectif est d’abord d’identifier les indicateurs clés de performance (KPI) pour ensuite les comparer aux meilleures performances du secteur. L’analyse descriptive permet tout simplement d’interpréter les données, c’est-à-dire de comprendre tout ce qui s’est passé dans l’entreprise. D’autre part, l’analyse statistique exploite plus profondément les résultats de l’analyse descriptive pour fournir une explication statistique aux tendances par exemple.

Le reporting

Une fois que les données ont été analysées et les informations utiles extraites, le reporting désigne le partage des résultats avec les décideurs. Ce sont donc ces derniers qui tirent les conclusions et prennent les décisions.

Les avantages de la BI

Maintenant que nous avons compris ce qu’est la BI et comment elle fonctionne, voyons ce que cela implique pour l’entreprise. Nous avons dit que la Business Intelligence vise à améliorer les performances opérationnelles. Concrètement, cela signifie que l’entreprise peut avoir un meilleur contrôle des données commerciales qu’elle génère. Autrement dit, la BI permet de résoudre efficacement les problèmes et d’améliorer les stratégies commerciales.

En outre, les différentes analyses aident à identifier les processus inefficaces tout comme les processus performants. En termes simples, la Business Intelligence permet de mieux connaître son entreprise. Cela inclut également la compréhension des défis et des besoins.

D’autre part, l’utilisation des divers outils technologiques améliore la productivité et, par conséquent, les ventes et les revenus. Enfin, l’identification des tendances et des opportunités donne à l’entreprise un avantage concurrentiel.

Les différents outils de BI

Rappelons que la BI moderne donne la priorité à l’analyse en libre-service. Cela signifie que les entreprises peuvent choisir entre une multitude de solutions pour connaître le marché et améliorer leur performance.

Les approches de Business Intelligence

Premièrement, nous avons l’analyse ad hoc qui consiste à répondre à des requêtes sur place. Autrement dit, elle ne nécessite pas une analyse approfondie des données.

Ensuite, la BI en temps réel permet d’obtenir des informations en temps réel permettant de suivre les transactions financières.

La BI opérationnelle effectue également une analyse en temps réel destinée cette fois à la gestion des problèmes internes ou en rapport avec les clients.

Le traitement analytique en ligne (OLAP) désigne une approche informatique qui permet de prendre en charge les requêtes complexes et multidimensionnelles.

Enfin, avec la Location Intelligence, l’entreprise peut effectuer une analyse contextuelle des données géographiques et géospatiales.

Les plateformes de Business Intelligence

Tout d’abord, la BI moderne utilise des logiciels de visualisation des données. Comme nous l’avons expliqué plus tôt, ceux-ci fournissent un contexte visuel permettant à l’utilisateur d’identifier facilement les modèles et les corrélations entre les données. La Business Intelligence collaborative offre la possibilité de rationaliser le processus de partage, c’est-à-dire de travailler sur un projet avec d’autres collaborateurs. D’autre part, il existe des logiciels de BI mobile qui permettent de visualiser les données et les rapports sur les appareils mobiles.

En outre, il existe d’autres solutions qui ne nécessitent pas l’achat d’un logiciel. La Business Intelligence est par exemple disponible en tant que SaaS ou logiciel en tant que service. Dans ce cas, les solutions sont hébergées dans le cloud et sont disponibles sur abonnement. Une autre possibilité consiste à accéder à des logiciels open source.

Quelques exemples

Étant donné le nombre de techniques et d’outils utilisés pour la BI, les fournisseurs de logiciels sont tout aussi nombreux dont nous allons vous donner quelques exemples. Chacune de ces solutions fournit des tableaux de bord.

Le logiciel Tableau est sans doute le meilleur outil pour ses solutions de business analytics et pour la visualisation des données. Pour sa part, Microsoft propose deux logiciels dont le premier s’appelle Power BI. Il peut être utilisé pour la préparation des données, l’analyse ad hoc et le business analytics. La deuxième, appelée SQL Server Reporting Services, prend en charge les processus de BI opérationnelle.

Board est une plateforme tout-en-un qui fournit tous les outils nécessaires pour créer une application de BI sans programmation. Google propose Looker pour l’analyse des données et le reporting, des options que IBM fournit également, de même que MicroStrategy Analytics en plus des tableaux de bords personnalisés.

Nous pouvons aussi citer Qlik pour l’analyse et l’intégration des données ainsi que pour une analyse augmentée ou TIBCO Software pour la visualisation interactive et la préparation des données. Par ailleurs, Oracle est un exemple idéal en termes de mobilité. En somme, les entreprises ont largement le choix en fonction de leurs besoins.

Cas d’utilisation de la BI

Pour conclure ce guide, voyons comment la BI s’applique au sein d’une entreprise. Si, par exemple, une entreprise œuvre dans un but non lucratif, la transparence en termes de financement est essentielle. Dans de cas de figure, les outils de Business Intelligence seront appliqués à un système de feuille de temps pour faire un suivi du personnel. Cela permettra donc d’obtenir des informations pertinentes sur le temps et le coût associés aux activités. Par conséquent, les prises de décisions concerneront la gestion du budget.

Prenons un autre exemple : le commerce de détail. Dans un magasin d’appareils électroniques, l’entreprise peut proposer une carte membre à utiliser lors des achats physiques ou en ligne. À chaque utilisation de la carte, un système recueille automatiquement des informations sur le client et sur la transaction. Maintenant, à partir de tous les achats et de toutes les transactions, un logiciel de BI peut extraire plusieurs informations significatives. Cela peut concerner la fidélité des clients ou la fréquence de leurs achats. L’entreprise peut également identifier les produits les plus demandés ou les préférences en termes de modalité (achats en boutique physique ou en ligne).

Pour conclure, il existe une infinité de possibilités de tirer parti des données à l’aide de la BI. Celles-ci aideront les décideurs finaux à améliorer différents axes de l’entreprise de n’importe quel domaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.