dans

Comprendre l’évolution des glaciers à l’aide de l’IA

Glaciers IA

Une étude basée sur l’IA a montré que le glacier des Alpes pourrait connaître une perte de 88 % de masse glaciaire d’ici la fin du siècle.

Les technologies d’IA et de deep learning ont la capacité d’interpréter les données plus rapidement et plus efficacement que les humains. C’est essentiel pour la résolution des grands problèmes d’ordre planétaire comme le changement climatique. 

Les glaciers subissent les impacts du changement climatique

Parmi les différents domaines concernés par les recherches en IA, le changement climatique est sûrement l’un des plus importants. En effet, la technologie aide les scientifiques à comprendre les impacts des variations de température et des conditions météorologiques. Comme impacts de ces changements, nous pouvons citer des précipitations plus abondantes, des incendies de forêt plus fréquents, l’air plus pollué, etc.

Entre autres parties de la planète concernées, les glaciers figurent en haut de la liste. Le réchauffement climatique date de plus de 150 ans au cours desquels il y a eu des hauts et des bas. Sur le long terme, son impact sur les glaciers pourrait être considérable pour ne citer que la montée du niveau de la mer.

De ce fait, les scientifiques du monde entier explorent toutes les pistes, comme l’utilisation de l’IA, pour comprendre l’évolution des glaciers et anticiper les futurs changements.

Des chercheurs simulent l’évolution des glaciers à l’aide de l’IA

Dans une nouvelle étude sur les glaciers, des scientifiques interdisciplinaires ont utilisé le deep learning. L’équipe rassemble des experts en glaciologie, en climatologie et en mathématique provenant de l’Université Grenoble Alpes, INRAE, Météo-France, l’Université Libre de Bruxelles et TU Delft.

L’étude porte sur la simulation de l’évolution du glacier des Alpes. Alors que d’autres études similaires ont déjà été réalisées, ces chercheurs ont développé une nouvelle approche qui pourrait être plus fiable.

Les précédentes études consistent à simuler l’évolution des glaciers de manière linéaire. Cependant, la glace ne fond pas de manière constante, ce qui pose un problème au niveau de la fiabilité des informations obtenues. Grâce à l’IA, et plus précisément au deep learning qui utilise une approche non linéaire, les chercheurs ont obtenu des résultats plus représentatifs de l’évolution des glaciers.

La portée de la simulation s’est portée sur la période de 2003 à 2015. Elle a même permis de prédire une perte de masse de glace qui pourrait atteindre 88 % d’ici la fin du siècle dans les Alpes françaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.