in ,

Grâce à l’IA, Saur en finit avec les fuites d’eau

L’intelligence artificielle trouve son utilité dans divers secteurs. Saur, une entreprise spécialisée dans la gestion de l’eau, exploite cette technologie pour détecter les canalisations qui pourraient causer des fuites d’eau. Pour ce faire, elle s’est associée avec la société Dataiku.

Mettre fin au gaspillage d’eau

L’eau, ressource essentielle à la vie, devient de plus en plus rare. Il est donc essentiel de l’économiser. Pourtant selon les études, en France, environ 25 % de l’eau potable produite est perdue, ce qui représente un véritable gaspillage. Et la raison principale en est la vétusté des canalisations du réseau.

Pour mettre fin à ce gaspillage, Saur a adopté l’intelligence artificielle. En 2021, la société a développé un algorithme capable d’évaluer le niveau de risque des conduits d’eau potable. Cette initiative lui permet d’identifier facilement les installations problématiques. Il devient alors plus facile d’améliorer les performances du réseau en ciblant les réparations.

Partenariat avec Dataiku pour accélérer le projet

Pour mener à bien son projet de lutte contre les fuites d’eau, Saur s’est appuyée sur le savoir-faire de Dataiku, une entreprise française qui se spécialise dans le traitement de données massives et l’IA. Cette collaboration fructueuse a permis le lancement du projet début 2022 ainsi que son déploiement à l’échelle nationale.

D’après Amaury Delplancq, vice-président de Dataiku, le datahub mis en place par Saur a fourni des informations cruciales. Ces dernières ont permis le développement rapide d’un algorithme de machine learning capable d’identifier les conduits qui pourraient engendrer des fuites. Ce datahub répertorie des données de qualité et dans des formats standardisés comme l’âge des installations, les compteurs connectés, etc.

Analyse de données diverses pour prédire les fuites

L’IA de Saur traite une masse importante de données hétérogènes afin de déceler les potentielles sources de fuites sur le réseau d’eau. Elle analyse les données patrimoniales du réseau, la consommation et la distribution d’eau, les données géo-risques, opérationnelles et satellitaires.

Au total, l’algorithme examine des millions de lignes de données pour identifier des corrélations entre différents facteurs et prédire l’apparition de fuites. L’entreprise prévoit par ailleurs d’étoffer ce corpus avec de nouvelles données comme celles relatives aux rendements sectorisés. Ceci permet de renforcer continuellement la puissance prédictive de son IA.

L’IA pour optimiser l’ensemble du réseau

Après l’identification des conduits à risque par l’IA, Saur peut également les localiser avec précision. Les agents de terrain peuvent ainsi intervenir rapidement pour effectuer les réparations nécessaires. Grâce à cette technologie, l’entreprise a d’ailleurs réalisé une découverte importante sur son réseau d’eau potable : 10 % des canalisations sont responsables d’un tiers des fuites. L’IA fait ainsi gagner un temps considérable à la société.

Mais l’algorithme va aussi servir à optimiser la performance globale du réseau. En s’appuyant sur l’historique des réparations sur 10 ans, il pourra recommander les investissements les plus pertinents dans les linéaires. Actuellement, Saur gère 250 000 km de réseau desservant 20 millions usagers.

Enfin, la société envisage également d’utiliser l’IA pour détecter les coups de bélier. Ces phénomènes surviennent lorsqu’une surpression de l’eau se produit et peuvent entraîner des dommages irréversibles aux installations.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *