dans

Un drone tueur russe aurait été aperçu en Ukraine

UN drone tueur russe en Ukraine

L’apparition du drone tueur russe en Ukraine soulève les inquiétudes quant à l’implication de l’IA dans la guerre.

Pour certains experts en politiques étrangères soutiennent que les armes autonomes alimentées par l’IA sont plus dangereuses que les armes nucléaires. Mais les armées des différents pays n’attendent pas d’avoir la certitude du contraire pour déployer ces technologies.

KUB-BLA, le drone tueur russe en Ukraine ?

Dans des images circulant sur Telegram et Twitter, nous pouvons apercevoir les restes d’un KUB-BLA sur le territoire ukrainien. Il s’agit d’une munition rôdeuse, aussi connue comme un drone suicide, construit par le fabricant d’armes russe Kalashnikov. ZALA Aero, une filiale de Kalashnikov, a présenté le drone en 2019 comme outil de « détection intelligente et de reconnaissance des objets par classe et par type en temps réel ».

Ressemblant à un avion de chasse d’une envergure de 1,2 mètre, le KUB-BLA peut atteindre une vitesse de 130 km/h. En tant que drone suicide, il s’écrase sur sa cible en faisant exploser une charge explosive de 30 kg.

Bien que les images montrent un drone tueur russe abîmé, son apparition en Ukraine a suscité les inquiétudes quant au rôle de l’IA dans la guerre.

Une guerre des armes autonomes

L’intérêt que la Russie porte aux armes létales autonomes est connu de tous. Au cours de ces dernières années, ses capacités en matière de drones ont rapidement évoluées. Néanmoins, concernant les drones suicides KUB-BLA, ils n’ont pas vraiment été utilisés jusque-là.

Bien que les images n’aient pas encore été authentifiées, elles ont soulevé des inquiétudes. En effet, en seulement trois semaines de guerre, ce n’est pas le premier cas d’utilisation de drones autonomes. L’Ukraine a déjà surpris les assaillants russes avec ses TB2 Bayraktar.

Rappelons que les drones autonomes utilisent une intelligence artificielle pour reconnaître leurs cibles et les attaquer. Maintenant, la plus grande préoccupation de tous réside dans le fait que les logiciels peuvent commettre des erreurs.

Le risque est donc qu’un drone tueur russe ou une arme autonome appartenant à l’Ukraine puisse s’attaquer aux mauvais soldats. La guerre pourrait prendre une tournure beaucoup plus grave. D’autant plus que la Russie n’a probablement pas encore joué ses meilleures cartes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.