in

Générer des images avec l’IA est un procédé énergivore

L’intelligence est capable de réaliser un vaste éventail de tâches : générer des textes, créer des vidéos et des images, etc. Si les résultats obtenus sont surprenants, personne ne semble se soucier réellement de son empreinte carbone. Pourtant, une étude récente révèle que la création d’une image à l’aide d’une IA générative consomme autant d’énergie que le chargement complet de la batterie d’un smartphone.

Un test mené sur 88 modèles d’intelligence artificielle

Une IA génératrice d’image permet de créer des images à partir d’une simple description textuelle. Les résultats sont, par ailleurs, instantanés. Ce type d’outil est très facile à utiliser et offre des résultats bluffants.

Pour le public néophyte, l’intelligence artificielle correspond à une technologie abstraite et n’a pas de véritable impact sur la planète. Pourtant, à chaque demande formulée, quel que soit le modèle d’IA choisi, cela a toujours un coût pour l’environnement. Tel est le résultat d’une étude dirigée par le Dr Sasha Luccioni, responsable du climat chez Hugging Face.

Les travaux ont été réalisés sur 88 modèles d’IA générative pour évaluer leur consommation d’énergie à chaque requête effectuée. Les chercheurs sont arrivés à une conclusion. Créer une image nécessite autant d’énergie que charger complètement la batterie d’un smartphone. Les modèles plus grands, et donc plus polyvalents, sont les plus énergivores.

Un coût en énergie très variable d’un modèle d’IA à l’autre

L’étude a été conjointement menée par Hugging Face, une entreprise spécialisée dans l’apprentissage automatique et l’université de Carnegie Mellon. Les chercheurs ont demandé aux différents modèles d’IA générative sélectionnés de rédiger 1 000 textes et de concevoir 1 000 images. Ils ont utilisé des requêtes identiques pour garantir l’uniformité des données.

À l’issue de l’étude, les chercheurs ont constaté que les requêtes pour générer des textes consomment moins d’énergie que celles pour créer des images. Les premières nécessitent en moyenne 0,042 kWh, alors que les secondes requièrent 1,35 kWh. A titre de comparaison, charger la batterie d’un modèle de smartphone dernière génération demande seulement 0,012 KWh.

Un appel à la transparence énergétique

L’étude a porté sur les modèles d’IA générative les plus téléchargés sur la plateforme Hugging Face, pour ne citer que Stable Diffusion XL et OpenJourney. En revanche, elle n’a pas testé Midjourney et Dall-E. Pour le grand modèle polyvalent, le plus énergivore, le coût en énergie pour la création d’une image atteint les 11,49 kWh.

Un tel niveau de consommation d’énergie permet de charger jusqu’à 950 smartphones. De ce fait, il est légitime de se poser la question sur la réelle utilité du déploiement des modèles d’IA polyvalents pour des tâches bien définies. Les modèles d’IA plus petits, donc moins gourmands en énergie, suffisent par exemple pour la navigation et les recherches sur Internet.

À travers cette étude, les chercheurs appellent les créateurs de ces modèles IA de à être transparents quant à la nature de leur modèle. Ces données revêtent d’une importance cruciale tant pour les chercheurs que pour les décideurs politiques engagés dans la réglementation des impacts environnementaux des modèles d’IA.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *