dans

L’IA à Bruxelles : FARI reçoit sa première mission

FARI : l'IA à Bruxelles

Le ministre de la transition numérique confie à FARI la mission d’améliorer les services publics de la Bruxelles à l’aide de l’IA.

En termes de digitalisation, l’intelligence artificielle est aujourd’hui une technologie que les gouvernements et les diverses institutions considèrent sérieusement. Des instituts et centres de recherche sont déjà en place pour mener des projets qui visent à améliorer la vie des citoyens. Celui de Bruxelles se voit confier 4 projets pour l’amélioration des services publics.

Retour sur la création de FARI, l’institut pour l’IA, à Bruxelles

En avril dernier, la Région Bruxelloise a créé un institut pour l’IA. FARI a été financé par les fonds européens pour la relance avec une enveloppe budgétaire de 10 millions d’euros répartis sur quatre ans.

L’institut a pour but d’éduquer les citoyens sur l’intelligence artificielle et sur ses impacts. Par ailleurs, FARI cherche à impliquer les habitants de Bruxelles dans déploiement de l’IA afin de relever plusieurs défis dans leur quotidien. De ce fait, il espère créer un lien entre les différents acteurs, à savoir les citoyens, les experts, les entreprises et les organisations locales.

Quelques mois après son lancement, le ministre de la transition numérique, Bernard Clerfayt, confie une mission à FARI. Elle correspond à quatre projets qui concernent les services publics.

Une mission, quatre projets

Selon le ministre, les 4 projets attribués à FARI visent à mettre l’IA aux services des politiques publiques de la Région de Bruxelles. Le premier volet vise une amélioration du matching entre l’offre et la demande d’emploi. À l’aide d’outils d’IA comme les algorithmes de tri des CV, les recruteurs pourront facilement trouver les meilleurs candidats. Le deuxième projet consiste à utiliser l’automatisation pour contrôler des annonces de vente d’animaux sur internet.

Un autre aspect de la mission concerne le développement d’un test de simplification administrative. Ce projet contribuera à la soumission des nouveaux textes législatifs à une analyse « Parcours Usager ». Et enfin, FARI est chargé d’élaborer une nouvelle stratégie régionale pour le développement de l’IA à Bruxelles.

Il s’agit, selon Bernard Clerfayt, d’une mission dont les avantages iront à double sens. D’une part, les administrations bénéficieront des progrès de la science. D’autre part, les chercheurs pourront déployer leurs compétences au service du bien commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.