dans

Découvrir les exoplanètes impossibles à détecter à l’aide de l’IA

Découvrir les exoplanètes impossibles à détecter à l’aide de l’IA

Cette nouvelle méthode d’IA a déjà permis de découvrir deux nouvelles exoplanètes. Elle fonctionne d’une manière similaire aux systèmes utilisés dans les véhicules autonomes.

Des chercheurs ont développé une nouvelle méthode pour identifier les exoplanètes qui, jusqu’ici, étaient impossibles à détecter. Elle s’appuie sur l’IA, notamment sur le deep learning. Outre l’observation astronomique, cette technique peut également s’appliquer pour l’observation de la Terre.

Trouver de nouvelles exoplanètes grâce à l’IA

Une exoplanète est une planète qui n’appartient pas au système solaire, autrement dit une planète extrasolaire. Jusqu’ici, une seule méthode a permis aux astronomes de découvrir ces planètes. La méthode des transits, comme elle est appelée, consiste à observer la mini-éclipse qui se produit lorsqu’une planète passe devant son étoile. Lors de ce phénomène, on observe une diminution de luminosité qui peut indiquer qu’il s’agit d’une exoplanète. Mais cette méthode est limitée, en raison des interactions interplanétaires qui peuvent modifier cette périodicité. Cela complique la détection des signaux induits par les planètes. Autrement dit, il est parfois impossible de détecter les exoplanètes.

Une nouvemme étude a réuni des chercheurs de l’Université de Genève (UNIGE), de l’Université de Berne (UniBE) et du NCCR PlanetS, en Suisse. En collaboration avec la société Disaitek, ils ont développé une technique basée sur l’IA pour trouver les exoplanètes.

La reconnaissance d’images

Cette nouvelle approche implique la reconnaissance d’images basée sur l’IA, et plus précisément le deep learning. Entre autres, les chercheurs ont entraîné une machine pour reconnaître l’effet des interactions entre les planètes. Ensuite, pour détecter les exoplanètes, les réseaux de neurones déterminent, à partir de la luminosité de l’étoile, si une éclipse se produit. Ils font donc leur prédiction en croisant les informations recueillies avec les paramètres vus lors de son apprentissage. Cette technique permet de déterminer le rayon estimé des planètes, leur masse, leur densité et leur composition.

Adrien Leleu est un chercheur au Département d’astronomie de la Faculté des sciences de l’UNIGE et au NCCR PlanetS. D’après lui, cette méthode d’IA a déjà permis de découvrir deux nouvelles exoplanètes : Kepler-1705b et Kepler-1705c.

En outre, explique Grégory Châtel, responsable R&D chez Disaitek explique qu’elle peut également s’appliquer à d’autres problèmes. Cette alternative concerne notamment l’observation de la Terre et de son environnement comme, par exemple, la détection de décharges illégales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.