dans

L’IA dans la lutte contre l’exploitation sexuelle en ligne

L'IA lutte contre l'exploitation sexuelle

L’IA pourra désormais contribuer à la lutte contre l’exploitation sexuelle en détectant les activités suspicieuses sur internet.

Actuellement, internet est un véritable refuge pour les activités de trafic de personnes ou d’exploitations sexuelles. Avec le progrès de la technologie, ces malfaiteurs se font de plus en plus nombreux. Heureusement, ces nouvelles avancées technologiques permettent également de développer des solutions pour ces problèmes de grande envergure.

Lutter contre l’exploitation sexuelle sur internet à l’aide de l’IA

Ce nouvel algorithme baptisé Infoshield est issu d’une collaboration entre l’Institut québécois d’intelligence artificielle (Mila), l’Université McGill et l’École de science informatique de l’Université de Carnegie Mellon.

Le trafic de personne et l’exploitation sexuelle sont véhiculés sur internet par les annonces publicitaires. Ils permettent aux criminels de préserver leur anonymat, leur donnant ainsi la possibilité de contrôler les victimes en toute impunité. Néanmoins, ces annonces sont souvent contiennent souvent des similarités pour faciliter leur mise en ligne.

C’est donc là qu’Infoshield intervient, en détectant les points communs entre eux. En d’autres termes, l’algorithme est capable de balayer les millions d’informations qui circulent sur internet et de corréler les données. Selon le Mila, cette IA va permettre d’identifier à la fois les criminels et les victimes d’exploitation sexuelle en ligne.

Des résultats concluants qui peuvent aider la police canadienne

D’après l’Organisation internationale du travail, le trafic de personnes pour l’exploitation sexuelle fait environ 4,8 millions de victimes par an. Entre autres, cette activité générerait presque 70 milliards d’euros au profit des organisations criminelles.

Avec Infoshield, les concepteurs espèrent qu’il puisse contribuer à la lutte contre l’exploitation sexuelle. Toutefois, l’outil ne remplacera pas le travail des policiers, mais sera plutôt un support pour le faciliter. Par ailleurs, l’équipe souhaite entrer en partenariat avec la police canadienne afin de mettre cette IA au service de la lutte.

Pour les premiers tests de ce système, les résultats ont affiché un taux de 85 % de réussite. Les chercheurs ont utilisé Infoshield pour analyser des annonces préalablement identifiées par des experts dans le domaine. D’après eux, le résultat obtenu est largement meilleur par rapport  au travail des algorithmes similaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.