dans

L’IA aide les chercheurs à numériser les spécimens de musée

L'IA pour numériser les spécimens de musée

L’intelligence artificielle (IA) se met au service des scientifiques pour numériser les spécimens de musées.

En termes de recherche scientifique, l’ère de l’IA est une révolution. Sa capacité d’analyse de données a rendu un énorme service aux chercheurs. En effet, elle peut désormais raccourcir des années de recherches et d’investigation en quelques semaines de travail.

L’IA au service de la numérisation des spécimens de musée

Plus de 3 milliards de spécimens biologiques et géologiques sont conservés dans les musées d’histoire naturelle du monde entier. À l’ère de la technologie et de l’innovation, la numérisation est une étape incontournable pour les chercheurs. Mais numériser une telle quantité d’informations se traduit par une tâche ingérable pour les humains.

En collaboration avec des musées de toute l’Europe, une équipe de l’université de Cardiff a développé une approche. Il s’agit d’une technique basée sur l’IA consistant à segmenter et à extraire automatiquement les informations à partir des spécimens de musée.

Elle permet à la fois d’améliorer la qualité des données et de garder les spécimens intacts. Le processus implique, en effet, la réduction des manipulations manuelles des collections physiques. Notons alors que l’approche traditionnelle de la numérisation consiste à extraire et à interpréter manuellement les données.

La segmentation d’image

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont testé le système sur des lames de microscopes et des feuilles d’herbier. Les lames ont été fournies par le Natural History Museum, les Royal Botanic Gardens, Kew et le Naturalis Biodiversity Center. Quant aux feuilles d’Herbiers, elles proviennent de sept autres musées d’histoire naturelle européens.

La technique utilisée, une segmentation d’image, consistait à localiser et à lier différentes régions visuelles sur les images capturées. Cela permet de se concentrer sur les étiquettes collées sur une lame ou sur les zones spécifiques d’une feuille. Ensuite,  le système extrait des informations sur le spécimen, les étiquettes, les institutions, etc. Il permet également de contrôler la qualité des images pour garantir le maximum de précision.

Un autre avantage de l’utilisation de l’IA concerne l’utilisation de collections de spécimens provenant de plusieurs musées. Selon les chercheurs, les techniques précédentes de segmentation d’images se limitaient à une seule collection. Ils espèrent que cette étude contribuera à accélérer le processus de numérisation tout en réduisant le coût et les ressources nécessaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.