dans

Cet humanoïde pourrait être le premier à voler

iRonCub : l'humanoïde qui peut voler

iRonCub est sur le point de devenir le premier robot humanoïde capable de voler comme Iron Man.

Pour résoudre les défis de locomotion des robots, des chercheurs italiens explorent la possibilité pour un humanoïde de voler grâce à la robotique humanoïde aérienne. Ils ont donc attaché des propulseurs à un robot pour le projeter dans les airs.

Un humanoïde qui a la capacité de voler

Généralement, les robots sont conçus pour aider les humains à effectuer des tâches répétitives ou difficiles. À cette fin, les ingénieurs en robotique repoussent sans arrêt les limites afin de les rendre vraiment utiles et adaptés à toutes situations. C’est ainsi que les robots sont passés d’immobiles à capables de se déplacer en roulant, en marchant et même en courant.

Les humanoïdes sont des robots qui ont l’apparence des humains et conçus pour agir comme eux, à un certain niveau. Il arrive cependant que les chercheurs développent des capacités plus complexes. Par exemple, Atlas, l’humanoïde de Boston Dynamics est capable de faire des backflips, ce qui n’est pas le cas de tous les humains.

Cette fois, les chercheurs de l’Institut italien de technologie (IIT) ont voulu explorer un nouveau moyen de locomotion : le vol. Ils ont combiné la technologie des drones aux recherches sur les robots à l’apparence humaine pour créer un humanoïde capable de voler. Les chercheurs se réfèrent à cette nouvelle approche en tant que « robotique humanoïde aérienne ».

iRonCub, le robot jet pack

L’humanoïde volant créé par les chercheurs s’appelle iRonCub et il est doté de quatre moteurs à réaction. Pour éviter que les composants du robot prennent feu, les chercheurs ont recouvert ses jambes de plaques ignifugées.

L’objectif de la robotique humanoïde aérienne est de mettre au point des robots à la fois robustes et économes en énergie. Cela implique différentes capacités pour l’humanoïde, à savoir manipuler des objets, marcher et aussi voler. De plus, un robot volant serait plus apte à surmonter les obstacles auxquels les simples humanoïdes bipèdes se heurtent souvent.

Les chercheurs envisagent également d’appliquer cette technologie aux exosquelettes. Autrement dit, ils espèrent que cela permettra de réaliser le rêve des humains de voler. Toutefois, il reste encore du chemin à faire, notamment la mise en place d’un cadre de contrôle général et la gestion du décollage et de l’atterrissage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.