in

Mémoires universitaires à l’ère de l’IA : la créativité académique est-elle menacée ?

L’essor de l’intelligence artificielle générative bouleverse de nombreux domaines. Et cette technologie innovante s’impose de plus en plus dans le monde académique. De nombreux étudiants s’appuient désormais sur ChatGPT dans le cadre de la réalisation de leurs mémoires de fin d’études.

Un outil qui permet des gains de temps significatifs

L’Institut Sphinx a réalisé l’année dernière une enquête concernant l’utilisation de l’IA générative dans des établissements en France. 1 242 enseignants ainsi que 4 443 étudiants y ont participé. Et le sondage confirme la notoriété et la percée fulgurante de cette technologie dans le milieu académique. Presque tous les étudiants et enseignants affirment en effet connaître une IA générative, dont ChatGPT, le chatbot d’OpenAI.

Puis, plus de 50 % des étudiants déclarent avoir recours à cet outil. Mais les enseignants, eux aussi, utilisent ChatGPT, même si ce n’est que de manière occasionnelle. Selon les étudiants, l’IA leur est bénéfique pour une meilleure assimilation de leurs cours. De plus, elle les assiste dans la rédaction et la recherche d’informations.

D’après 9 étudiants sur 10 et de près de 6 professeurs sur 10, cette technologie permet de réaliser un gain de temps énorme. De plus, d’après 63 % des enseignants, elle contribue à l’amélioration des notes des étudiants.

ChatGPT peut-il rédiger une mémoire universitaire ?

En interrogeant directement ChatGPT à ce sujet, l’IA fournit une réponse négative. Le chatbot explique que la rédaction d’une tâche académique doit refléter les compétences de l’étudiant et exiger une contribution originale de sa part. Cependant, il propose d’apporter son assistance pour la structuration du contenu, la suggestion de sujets, et d’autres aspects.

Des étudiants ont toutefois confessé avoir recouru à cette technologie pour la réalisation de leurs mémoires de fin d’études. 9 %  d’entre eux ont admis copier directement le texte généré par l’IA. Et il y en a d’autres qui s’en servent pour améliorer leurs phrases ou enrichir leurs idées.

Plus de la moitié des participants, comprenant enseignants et étudiants, au sondage réalisé par l’institut Sphinx estiment que l’utilisation de l’IA pour la réalisation de devoirs et lors des examens constitue une forme de tricherie. Les enseignants mettent d’ailleurs en garde en soulignant que si les étudiants deviennent accros à ChatGPT, cela pourrait compromettre leur capacité à développer un esprit critique. Cette aptitude est pourtant cruciale pour la rédaction de mémoires de fin d’études.

Quelles mesures prendre face à l’essor de l’IA générative ?

Dans l’intérêt des étudiants et afin de préserver l’intégrité académique, 9 enseignants sur 10 ont exprimé la nécessité d’établir des règles encadrant l’utilisation de l’IA. Parallèlement, il est indispensable d’ajuster les méthodes d’évaluation face à l’essor de l’IA générative. En présence de contenus générés par l’IA, il est essentiel de prendre des mesures disciplinaires appropriées.

Enfin, il est tout aussi crucial de dispenser une formation aux acteurs du milieu académique. Ceci, pour les sensibiliser au bon usage de cette technologie et les informer sur ses limites.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *