dans

Navigation maritime autonome : quel sera l’avenir de l’IA ?

Navigation maritime autonome

Avec le progrès des technologies d’automatisation, la navigation maritime autonome est un sujet qui suscite un intérêt grandissant.

Pour les ingénieurs de l’IA et pour les constructeurs, les véhicules autonomes sont la solution à plusieurs défis dans le domaine du transport. Ces technologies permettent de réduire les erreurs humaines et de détecter les problèmes techniques qui peuvent causer des dysfonctionnements. Serait-ce également le cas pour les navires autonomes ?

La navigation maritime autonome

En 2012, un navire de croisière italien appelé Costa Concordia a coulé après avoir heurté un rocher sous-marin, causant 32 morts. En mars dernier, l’Ever Given, un porte-conteneurs a bloqué le canal de Suez pendant plusieurs jours.

Certains responsables d’analyse maritime affirment que la navigation maritime autonome pourrait réduire les erreurs humaines et permettre un temps de réaction plus rapide. Certes, aucun système d’IA n’aurait pu protéger l’Ever Given d’une rafale de vent qui l’a fait dévier. Néanmoins, cela aurait, selon eux, permis d’avertir le capitaine des risques avant de s’engager dans le canal.

Autrement dit, l’intelligence artificielle pourrait jouer un rôle important pour la sécurité de la navigation maritime. Elle serait capable d’identifier et de prévenir les défaillances mécaniques. De même, un système de navigation intelligent permettrait de détecter les mouvements anormaux des pièces dysfonctionnelles ou usées.

Comment procéder ?

Pour exploiter une navigation maritime autonome, l’équipe d’Orca AI, dirigée par Dor Aviv, a mis au point un officier de quart automatisé basé sur la vision par ordinateur. Il utilise des caméras thermiques à haute résolution. Les vidéos collectées et traitées par leurs algorithmes permettent ensuite de recréer les fonctions de l’officier de quart.

En termes simples, cela consiste principalement à comprendre le contexte à partir de données afin de prendre des décisions. Orca AI propose également des systèmes embarqués qui permettent d’alerter et de hiérarchiser les risques pour l’équipage en temps réel. De plus, un traitement des données comportementales sur le cloud permet d’améliorer la sécurité de la flotte. Avec une couverture visuelle à 360 °, le système peut identifier et suivre les objets dans le but d’optimiser la planification de la trajectoire et d’éviter les collisions.

Cependant, en juin dernier, le navire autonome Mayflower (MAS), destiné à traverser l’océan Atlantique, a échoué dans sa mission après seulement deux jours. En outre, lors de la catastrophe du Costa Concordia, des ordres contradictoires auraient fait perdre un temps précieux, selon Thomas Chartres-Moore, partenaire de Stephens Scown. Même si un officier de quart automatisé aurait pu effectivement aider, il soutient que le problème aurait été le même. Il aurait fallu déterminer quels ordres seraient prioritaires. Autrement dit, malgré les avantages que peuvent apporter l’IA dans la navigation maritime, il reste plusieurs défis à relever.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.