dans

St. Valentin : Pourquoi les fans d’IA devraient regarder Her

Her

Le film Her pourrait inspirer les passionnés de l’IA sur le développement des futurs systèmes intelligents. L’histoire montre également comment une interaction homme-machine bien conçue peut réellement affecter la manière dont les humains considèrent les ordinateurs.

Her aborde plusieurs aspects de la technologie d’intelligence artificielle tels que nous connaissons aujourd’hui. En plus de nous montrer comment ces systèmes fonctionnent, la différence entre la réalité et la fiction dans le film pourrait être une source d’inspiration pour les chercheurs et développeurs en IA.

Her, le film

Her est un film de science-fiction sorti en 2013, dans le genre dramatique romantique. Spike Jonze, le producteur et réalisateur, met en scène Joaquim Phoenix, dans le rôle de Theodore Twombly, et Scarlett Johansson, dans la voix de Samantha.

Théodore est un homme qui travaille dans la rédaction de lettres personnelles pour d’autres personnes. Samantha quant à elle est une assistante virtuelle qui a développé une conscience de soi. L’histoire raconte donc la relation qui se développe entre les deux qui va de l’amitié à l’amour.

Mais en dehors du côté dramatique et romantique du film, Her nous fait découvrir l’intelligence artificielle dans tous ses aspects. Autrement dit, il ne s’agit pas uniquement d’une histoire fictive. Elle nous fait prendre conscience de l’ampleur de la technologie qui nous entoure aujourd’hui et de l’avenir qu’elle peut nous réserver.

Samantha : l’IA selon Her

Bien que Her soit un film futuriste pour son époque, il ne fait pas allusion à des robots superintelligents ou à des appareils qui se déplacent tout seuls. En fait, les applications d’IA abordées dans le film se rapprochent réellement des technologies que les scientifiques ont développées aujourd’hui.

Les assistants virtuels

Rappelons donc que l’un des personnages principaux dans Her, Samantha, est un assistant virtuel. Plus précisément, il s’agit d’un système d’exploitation alimenté par l’IA, initialement désigné OS1 par ses concepteurs. Par la suite, Theodore a décidé de lui donner une voix et un nom de femme.

En guise de formation initiale, Samantha pose quelques questions à son propriétaire pour évaluer son niveau d’interaction sociale. Tout comme Alexa, Siri ou Google Assistant, elle tire ses informations d’internet pour répondre aux questions. Néanmoins, l’IA dans Her a acquis une conscience de soi et en termes d’apprentissage, elle est bien plus développée.

Là où Samantha dépasse aussi la réalité, c’est au niveau de son élocution qui imite parfaitement les humains, en incluant l’inspiration et l’expiration. Cela pourrait inspirer les développeurs d’assistants vocaux afin de mettre au point des systèmes encore plus réalistes.

Le Natural Language Processing (NLP)

Le NLP ou le traitement du langage naturel est ce qui permet aux machines intelligentes de comprendre le langage humain. Cette technologie joue un rôle important dans le film Her, étant donné que c’est grâce à elle que Theodore et Samantha peuvent communiquer. Cela implique à la fois de comprendre les textes et les paroles.

Ce qui distingue Samantha des systèmes de NLP actuels c’est sa capacité à comprendre les sentiments et à les imiter. Par conséquent, elle est capable de lire les lettres écrites par Theodore avec toute l’émotion qu’elle contient.

L’analyse des sentiments est un domaine de l’IA qui continue de susciter les débats. Les recherches ne se focalisent pas uniquement sur la détection des émotions dans les textes, mais également dans les musiques, les voix et les expressions faciales. D’ailleurs, lors d’une scène dans Her, Theodore demande à une application de musique de jouer une chanson triste.

La reconnaissance vocale

Une autre technologie de l’IA que nous pouvons découvrir dans le film est la reconnaissance vocale. Elle est basée sur le machine learning en exploitant les réseaux de neurones artificiels (les RNN et plus récemment les CNN).

Du film Her, nous pouvons également parler des modèles Tranformers qui permettent de convertir un type de données en un autre. Ici, Theodore utilise la fonction STS (Speech-To-Text) pour créer les messages pour ses lettres. En contrepartie, Samantha utilise la synthèse vocale TTS (Text-To-Speech) pour lire les e-mails à son propriétaire. Pour sortir un peu du film, d’autres modèles Transformers permettent par exemple de convertir les textes en image, ou l’inverse.

La computer vision

La computer vision combine le traitement de données visuelles avec le deep learning. Les tâches de vision par ordinateur, comme elle est aussi appelée, incluent la reconnaissance de visages, la reconnaissance d’objets, l’estimation des poses, l’estimation de la distance, etc.

Dans le film Her, l’ordinateur, c’est-à-dire Samantha, perçoit le monde à travers une caméra intégrée d’un appareil mobile. C’est à l’aide de ce même appareil que Theodore interagit avec elle à l’aide d’oreillettes et d’un écran.

En plus de la reconnaissance d’images, Samantha peut aider son propriétaire à naviguer dans un espace. Considérez cela, si vous voulez, comme Google Maps AR qui permet une navigation en temps réel. Mais dans le film, les capacités de l’IA sont largement plus développées. À une échelle plus grande, nous pouvons la comparer aux systèmes que les constructeurs automobiles développent aujourd’hui dans le cadre de la conduite autonome.

Ce que le film Her nous apprend sur l’avenir de l’IA

Ce que nous pouvons dire c’est que la technologie de Her existe déjà, en quelque sorte. Néanmoins, les capacités de l’IA dans le film sont bien plus développées que ce que nous vivons actuellement.

Les assistants vocaux comme Alexa, Siri, Cortana, etc. sont déjà là pour discuter avec leurs propriétaires bien que les échanges possibles soient limités. Pareil pour les chatbots. D’autre part, certaines maisons de soins utilisent des assistants virtuels comme des robots pour apporter un soutien émotionnel et thérapeutique aux patients ou aux personnes âgées. La question est de savoir jusqu’où ces technologies d’IA pourraient réellement aller.

L’intelligence artificielle générale

Il existe deux types d’IA, l’IA générale et l’IA faible. L’intelligence artificielle est dite faible lorsqu’un programme informatique est conçu pour effectuer une tâche à la fois. Le concept d’IA générale, en revanche, fait référence à un système qui serait capable d’effectuer plusieurs tâches avec le même niveau d’intelligence que les humains.

Dans le film Her, nous pouvons considérer Samantha comme une forme d’IA générale. Certains pourraient même la classer comme une super IA. Il s’agit là d’un troisième type d’intelligence artificielle ayant la capacité d’effectuer toutes les tâches imaginables qu’un humain pourrait faire. Mais étant donné que nous n’avons même pas atteint l’IA générale, nous pouvons dire qu’une super IA est fictive jusqu’ici.

Nous n’en sommes peut-être pas très loin

Nous devons quand même reconnaître que certains systèmes intelligents permettent d’effectuer plus d’une tâche. Comme nous le voyons dans le film Her, les assistants virtuels peuvent faire beaucoup de choses. Dans le film, Samantha a été formée à l’aide d’informations provenant d’internet.

En réalité, les assistants virtuels sont formés grâce aux grands modèles de langage tels que GPT-3. Ils fournissent d’ailleurs une base de connaissances pour d’autres systèmes d’IA comme des jeux vidéo ou des modèles de génération texte à images. Là déjà, nous pouvons dire que nous nous rapprochons d’une IA multitâche.

Par ailleurs, grâce à la compréhension et au traitement du langage naturel, les assistants virtuels peuvent aider les humains dans plusieurs tâches au quotidien. Pour aller plus loin encore, parlons de l’IoT (objets connectés) qui nous donne un aperçu de ce que pourrait être l’ambient intelligence.

Autrement dit, le film Her nous fait prendre conscience que peut-être nous vivons déjà dans une ère ou l’IA a un usage plus généralisé.

L’interaction homme-machine

En outre, l’interaction homme-machine est un autre aspect que Her nous donne à réfléchir. Pour le développement de tout système d’IA, il est important de travailler sur la manière dont les machines et les utilisateurs interagissent. À cette fin, les experts cherchent donc un moyen de briser la glace entre ces deux partis. De leurs côtés, les humains doivent avoir confiance en les systèmes intelligents pour les utiliser sans arrière-pensée. Pour leur part, les machines intelligentes doivent comprendre et répondre aux attentes des utilisateurs.

Dans le film, cette interaction a fini par prendre une forme de romance. Ce n’est pas forcément une bonne chose de devenir affectivement dépendant d’un système d’exploitation intelligent. Néanmoins, cela nous apprend qu’avec les bons éléments, les assistants virtuels pourraient réellement devenir émotionnellement intelligents. Notons tout de même que l’objectif de l’IA reste avant tout d’imiter les humains et non de les remplacer. En d’autres termes, il serait possible de développer des IA aussi intelligentes et aussi empathiques que les humains. Mais cela viserait uniquement à établir une interaction homme-machine plus naturelle et plus intuitive.

Pour conclure, Her est un film qui peut nous aider à mieux comprendre l’IA et ses avantages. L’histoire peut également inspirer les passionnés de l’IA en explorant différentes manières de développer les technologies existantes. Par ailleurs, la relation entre Theodore et Samantha souligne l’importance de l’interaction homme-machine et peut-être des limites à garder en tête quand il est question de programmes informatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.