dans

Envoyer des essaims de robots autonomes sur la Lune pour l’exploitation minière ?

Des robots autonomes pour extraire des ressources sur la Lune

Bientôt, des robots autonomes pourraient aller sur la Lune pour exploiter ses ressources minières.

Des chercheurs ont lancé un nouveau projet qui vise à exploiter l’espace à l’aide de robots autonomes. Ceux-ci pourront alors extraire des ressources minières sur la Lune. La NASA a financé le projet universitaire dans le cadre de son initiative de recherches sur les technologies spatiales.

Extraire des ressources minières lunaires ?

D’après une hypothèse, la Terre et la Lune seraient issues d’un corps parent commun. Pour les scientifiques, cela signifie que les compositions chimiques des deux planètes sont similaires. Selon eux, la Lune pourrait effectivement contenir des métaux rares tels que le titane, l’or ou encore le platine. Ces différents métaux ou matériaux sont nécessaires aux technologies telles que les smartphones ou les équipements médicaux.

L’hélium 3, qui est extrêmement rare sur la Terre, pourrait également  être extrait de la surface lunaire. Il s’agit d’un isotope stable de l’hélium dont les scientifiques pourraient se servir pour alimenter les centrales nucléaires.

Des chercheurs du College of Engineering de l’université d’Arizona ont lancé un projet qui vise à utiliser des robots autonomes pour l’exploitation de l’espace, dont la Lune. Ils ont bénéficié d’un financement de 500 000 dollars de la NASA.

Relever les défis sur la Lune avec des robots autonomes

Pour l’extraction minière terrestre, la roche doit être percée par les mineurs. L’un des chercheurs, Moe Momayez, a développé une méthode électrochimique qui permet de percer la roche cinq fois plus vite que toutes les précédentes méthodes.

Cependant, si la Terre offre assez d’énergie pour procéder, ce n’est pas le cas de la Lune. En effet, les méthodes d’extraction terrestres demandent beaucoup d’eau, ce qui est une ressource introuvable sur la Lune. D’autre part, le dynamitage couramment utilisé sur notre planète n’a jamais été effectué sur la surface lunaire.

Mais les robots autonomes offrent une nouvelle possibilité d’exploiter ces ressources sur la Lune grâce à un logiciel basé sur l’apprentissage neuromorphique. Mise au point par le Professeur Jekan Thanga, cette technique s’appelle HEART (Human and Explainable Autonomous Robotic System). 

Entre autres, HEART entraîne les robots à collaborer sur des tâches d’exploitation minière, d’excavation et de construction. Les dispositifs seront d’abord formés sur Terre et, à long terme, deviendront capables de fonctionner sur la lune, de manière complètement autonome.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.