dans

Des robots développent des compétences sociales

Des robots aux compétences sociales

Les robots pourront désormais avoir des compétences sociales pour s’entraider et interagir avec les autres.

Dans le cadre de la recherche en robotique, le développement de capacités interactives a toujours été un défi pour les ingénieurs. Grâce au machine learning, des chercheurs du MIT ont développé une technique pour donner aux robots la capacité de comprendre ce que signifie s’entraider ou se déranger mutuellement.

Pourquoi donner aux robots des compétences sociales ?

Les entreprises robotiques développent des robots qui ressemblent de plus en plus à des humains. La ressemblance peut être physique, mais aussi, et surtout au niveau des compétences. En effet, avec l’émergence de l’intelligence artificielle, les robots peuvent effectuer des tâches spécifiques de la même manière que les humains.

Cependant, il existe un domaine dans lequel les machines sont encore loin d’avoir le même niveau d’intelligence : les interactions sociales. Autrement dit, jusqu’ici, les robots ne comprenaient pas le concept d’entraide qui est un élément essentiel à notre quotidien.

Dans une étude, les chercheurs du MIT ont donné de nouvelles compétences sociales aux robots et leur ont enseigné à les exécuter par eux-mêmes. De telles capacités devraient améliorer les interactions homme-machine. Entre autres, les robots doivent comprendre quelle décision prendre à un moment donné. De cette manière, ils pourront aider quand cela est nécessaire ou empêcher un événement de se produire en cas de besoin.

 

Les objectifs physiques et les objectifs sociaux

L’étude s’est déroulée dans un environnement simulé mis au point par les chercheurs. Les robots avaient deux types d’objectifs : social et physique. L’objectif physique correspond à l’environnement. L’objectif social consiste à deviner ce qu’un autre robot essaie de faire et à agir en fonction (aider ou entraver).

Les chercheurs expliquent que les robots qui disposent de ces compétences sociales peuvent coopérer en aidant un autre à atteindre plus facilement son objectif physique. Par exemple, il pourrait rapprocher l’objectif, en trouver un autre plus approprié ou lui donner le soutien nécessaire pour y parvenir. 

Les robots utilisés pour l’étude présentaient trois niveaux. Un niveau 0 (objectif social uniquement), un niveau 1 (objectifs social et physique) et un niveau 2 (objectifs social et physique, ainsi qu’un raisonnement social). Les trois robots ont été testés sur 98 scénarios. Dans la plupart des cas, les humains étaient d’accord avec les opérations des robots entre eux.

L’étude n’en est encore qu’à ses débuts. Les chercheurs continuent de mettre au point le système pour multiplier les interactions possibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.