dans

Les robots inspirés des insectes peuvent marcher sur l’eau

Robots insectes

Les robots de la taille des insectes peuvent facilement atteindre les endroits inaccessibles par les humains.

Si vous avez vu Ant-Man, vous aurez compris que même avec une taille minuscule, il est possible d’entreprendre de grandes choses. Et si le film n’est qu’une fiction, il existe, dans le monde réel, des technologies dirigées par le même principe. 

Le développement des robots insectes est un domaine en pleine croissance

En termes d’intelligence, les humains occupent le premier rang parmi toutes les créatures existantes. Mais quand il est question d’agilité ou de dextérité, il existe de plus forts que nous. Et la force ne se traduit pas toujours par une taille imposante. En effet, les plus petits êtres vivants sont parfois les plus étonnants. Voilà pourquoi les recherches actuelles en robotique s’inspirent des insectes et d’autres animaux ou organismes naturels pour développer des dispositifs révolutionnaires.

À la Swanson School of Engineering de l’université de Pittsburgh, des chercheurs ont créé de minuscules robots inspirés des insectes. Ces petits dispositifs pourront effectuer différentes tâches dans des espaces difficilement accessibles pour les humains. Comme cas d’utilisation, les chercheurs citent l’imagerie, l’évaluation environnementale ou structurelle et le prélèvement d’échantillons.

S’inspirer des mécanismes de la nature

Les crevettes-mantes, les puces ou les crickets sautent d’un point à un autre au lieu de ramper pour économiser de l’énergie. Des robots ont été créés à partir de ces mouvements, avec l’utilisation de polymères en guise de muscles. En termes simples, les muscles artificiels se rétractent pour accumuler de l’énergie avant de la libérer dans un élan impulsif. 

Mais selon l’un des chercheurs ayant participé à cette nouvelle étude, l’actionnement de ces polymères prend généralement beaucoup de temps. Afin de répondre à ce problème, ils se sont tournés vers l’ordre moléculaire et la géométrie.

Mohsen Tabrizi est l’un des co-auteurs de l’étude et doctorant en génie industriel à la Swanson School. Un muscle polymère dispose d’une forme incurvée qui lui permet d’accumuler l’énergie lorsqu’il est alimenté, explique-t-il. Les molécules sont alignées de manière à imiter les insectes afin que leur actionnement combiné produise de l’énergie dans la structure. Il note également que cela ne nécessite pas plus de quelques volts d’électricité.

De ce fait, ces petits robots insectes pourraient facilement se déplacer dans les endroits confinés, mais aussi sur des surfaces mobiles telles que le sable ou l’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.