dans ,

Feu vert pour l’utilisation des robots tueurs au sein de la police

SFPD robots-tueurs

Les robots tueurs patrouilleront bientôt dans la ville de San Francisco avec les forces de police. Le conseil de surveillance de la ville a voté pour donner l’autorisation d’utiliser des robots équipés de forces létales.

Toutefois, une condition s’impose : la police ne peut recourir à ce genre d’arme qu’en cas de situations extrêmes. Selon de Dr Catherine Connolly, il s’agit d’une initiative qui pourrait préserver les humains du meurtre et de l’assassinat. Du côté du SFPD (San Francisco Police Department), ils affirment que jusqu’ici, aucun robot tueur n’est encore en service. Mais des cas futurs pourraient entraîner l’utilisation de la force létale de leurs robots tueurs.

Des robots tueurs par la police, seulement en cas de force majeure

« Les robots tueurs peuvent être équipés de charges explosives. On peut alors perforer les structures fortifiées. C’est-à-dire les bâtiments pouvant abriter des sujets armés, violents ou dangereux », a déclaré la porte-parole de la police de San Francisco.

« La force létale des robots tueurs peut aussi être utilisée pour désorienter ou neutraliser les suspects pouvant entraîner les risques de mort », a ajouté le SFPD.

De leur côté, les partisans de la décision déclarent que les robots capables de tuer ne doivent être utilisés qu’en cas de conditions excessives. Les opposants, par contre, attestent qu’il s’agit d’une étape de plus vers la militarisation des forces de police.

robot police SFPD

Encore aucun modèle sur le terrain

Après l’adoption de cette mesure, un amendement s’ensuivait stipulant que l’utilisation des robots tueurs au sein de le police ne devrait être envisagée qu’après l’échec des tactiques de désescalade. Selon le conseil, peu de personnes peuvent donner l’ordre et l’autorisation de recourir à ce modèle de robot, dont des officiers de haut rang.

D’après la déclaration du SFPD, ils affirment que jusqu’ici, ils ne disposent d’aucun robot ayant une telle aptitude. Mais cette mesure pourrait leur être utile à l’avenir. « Les agents pourraient se confronter à des situations qu’aucune politique ne peut anticiper. Nous devons nous attendre à tout et nous préparer pour pouvoir réagir de manière adaptée », explique le porte-parole du SFPD.

Les forces de l’ordre locales ont déjà bénéficié d’un don d’équipements militaires de très haute qualité. Et c’est le gouvernement fédéral qui en a fait la distribution. Ce qui leur a permis d’obtenir des matériels tels que des véhicules blindés, des uniformes de camouflage et des baïonnettes.

Dernièrement, l’État de Californie a voté pour une loi obligeant la police de la ville à inventorier des équipements. Mais aussi à demander l’autorisation de les utiliser en dernier recours.

Toujours selon les dires du Dr Connolly du groupe Stop Killer Robots, l’adoption de cette loi n’est autre qu’une pente glissante. Mais c’est une mesure qui pourrait éviter de combattre le feu par le feu, autrement dit, utiliser la force pour résoudre les conséquences de l’usage de la force elle-même. Elle a également ajouté que l’autorisation des robots tueurs va faciliter la prise de décision de recourir à la force létale en premier lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.