dans

Les signaux physiologiques seraient la clé pour une IA émotionnellement intelligente

Analyse des signaux physiologiques pour une IA émotionnellement intelligente

L’IA pourrait devenir émotionnellement plus intelligente en analysant les signaux physiologiques des utilisateurs.

Plus l’interaction homme-machine est naturelle et intuitive, mieux les utilisateurs sont à l’aise avec une technologie. Une approche consiste à donner une personnalité aux machines en les entraînant à agir comme les humains. L’intelligence artificielle se traduit par le fait de raisonner comme une véritable personne.

L’analyse des sentiments

Des chercheurs japonais ont eu l’idée de se concentrer sur les signaux physiologiques pour rendre l’IA émotionnellement plus intelligente. Pour répondre aux besoins de l’utilisateur, une machine doit avant tout le connaître. L’intelligence artificielle permet aux programmes informatiques de développer les fonctions cognitives nécessaires. L’analyse des sentiments est une approche qui intéresse actuellement beaucoup de chercheurs.

Cette technique est surtout exploitée dans les IA conversationnelles pour déterminer l’état psychologique d’une personne à partir de son discours. Une méthode plus avancée combine des facteurs multimodaux observables pour détecter les sentiments. Cela implique à la fois l’analyse de discours, de la tonalité, de l’expression faciale, des gestes et de la posture, etc.

Cependant, tous ces éléments ne suffisent pas toujours pour connaître réellement l’état émotionnel d’une personne. En effet, les humains peuvent dissimuler leurs sentiments en modifiant leur voix ou en maintenant un visage impassible. Autrement dit, « l’analyse multimodale des sentiments” connaît des limites.

Rendre l’IA émotionnellement intelligente grâce à l’analyse des signaux physiologiques

Une nouvelle étude menée par des chercheurs du Japan Advanced Institute of Science and Technology. Ils ont développé une nouvelle méthode d’identification des sentiments par l’IA en se basant sur les signaux physiologiques. Alors les humains ont le contrôle sur les signaux observables peuvent, ce n’est pas forcément le cas avec les signaux tels que la fréquence cardiaque.

Ainsi, en combinant l’analyse multimodale des sentiments à l’analyse des signaux physiologiques, l’IA pourrait déterminer avec plus de certitude ce qu’une personne ressent.  Entre autres, cette approche dépasse même les humains du fait que ceux-ci sont également limités aux signaux observables lors d’une discussion.

Quoi qu’il en soit, le développement d’une IA émotionnellement intelligente rendrait l’interaction homme-machine plus naturelle. Cela permettrait aux systèmes intelligents de fournir des réponses plus adaptées, en tenant compte de l’ennui ou de la satisfaction de l’utilisateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.