dans

Qu’est-ce qu’un androïde ? Le guide complet

Tout savoir sur l'androïde

Un androïde est conçu pour ressembler physiquement à un humain ou pour se comporter comme lui. À la différence des robots qui se distinguent facilement par leur extérieur en plastique ou en métal, il peut disposer d’une peau synthétique qui lui donne une véritable apparence humaine. 

Le domaine de la robotique a bien évolué depuis les premiers dispositifs. Aujourd’hui, un robot peut imiter un humain aussi bien dans ses actions que par son apparence physique. Les androïdes et les humanoïdes vivent déjà parmi nous et s’occupent de tâches qu’auparavant les humains seuls pouvaient exécuter. Mais savez-vous réellement ce qu’est un androïde et ce qui le distingue des autres robots ? Cet article vous explique tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet.

Comment définir un androïde ?

Par définition, un androïde est un être artificiel qui ressemble physiquement à un humain. Si auparavant il s’agissait d’une invention fictive, les récentes recherches en robotique ont abouti à la création de véritables androïdes.

Actuellement, la définition la plus correcte serait une invention technologique équipée de mécanismes robotiques internes et dotée d’une apparence humaine. En effet, un androïde dispose d’une peau en matériau synthétique imitant la chair, lui permettant ainsi d’avoir des expressions faciales.

L’apparition de ces humains artificiels a donné naissance à une nouvelle branche de la science. Appelée science des androïdes, celle-ci utilise ces êtres semblables aux humains pour expérimenter la recherche cognitive, sociale et neuroscientifique.

Androïde vs robot humanoïde

Le terme « androïde » se compose de deux parties, dont andr- qui est issue du mot grec signifiant « homme, mâle », et -oid, un suffixe pour indiquer une ressemblance. Autrement dit, un androïde indique généralement un robot qui ressemble à un humain. S’il a une apparence féminine, le terme gynoïde peut également être utilisé.

Cette définition étymologique pourrait nous amener à classer les androïdes comme des robots humanoïdes. Cependant, il existe certaines différences entre ces deux concepts. Mais avant de comprendre ce qui les distingue, voici un petit rappel de ce qu’est un robot.

Qu’est-ce qu’un robot humanoïde ?

Un robot humanoïde est conçu de manière à imiter le corps d’un humain. En d’autres termes, il peut avoir une tête, un torse, des bras et des pieds. Toutefois, il peut tout simplement s’agir d’une partie du corps. Par exemple, un robot peut représenter uniquement le haut du corps. De même, les fabricants peuvent remplacer ou ajouter d’autres éléments comme des roues à la place (ou en plus) des pieds.

En outre, les robots sont principalement constitués de matériaux non organiques (plastique ou métal). Néanmoins, ils peuvent imiter les comportements et les mouvements d’un humain. Les chercheurs utilisent ces dispositifs pour améliorer la compréhension des mécanismes humains.

Les différences entre un androïde et un humanoïde

Vous aurez peut-être compris que ces deux inventions diffèrent avant tout par leur apparence. Mais ce n’est pas tout. Il existe d’autres points qui nous permettront de bien comprendre l’un comme l’autre concept.

La définition

Un androïde est un être artificiel qui ressemble esthétiquement à un humain. Grâce à sa chair ou ses muscles synthétiques, il peut avoir les réflexes d’un humain comme l’expression faciale ou la capacité de converser. Comme exemple, nous pouvons citer Sophia, une gynoïde qui possède plus de 62 mécanismes faciaux.

En revanche, un robot humanoïde est, dans une certaine mesure, fabriqué sous la forme d’un corps humain. Il peut posséder tous les membres, ou juste une partie comme un bras. Certains robots ne présentent même aucune similarité avec les humains.

La composition

D’une manière générale, les robots se constituent de métal et d’autres matériaux organiques. Leur capacité de bouger et d’imiter les gestes humains repose sur les articulations de leurs différents composants.

Un androïde peut ou non avoir la même composition qu’un robot humanoïde. En effet, il peut être composé de n’importe quel matériau, même organique. Toutefois, il peut aussi être constitué de matériau synthétique pour plus ressembler à un humain qu’à un robot.

L’imitation d’un humain

L’androïde est essentiellement conçu pour imiter le physique humain. Par conséquent, la ressemblance entre un humain et un androïde réside avant tout dans l’apparence.

Pour sa part, un robot humanoïde est développé dans le but de reproduire les mouvements et les comportements de base de l’homme. C’est par exemple le cas du robot Atlas de Boston Dynamics, un bipède qui peut marcher, courir et effectuer des mouvements complexes comme un backflip.

L’utilisation

Comme nous l’avons mentionné plus tôt, la science des androïdes implique des recherches cognitives et sociales. En d’autres termes, les chercheurs visent à comprendre le comportement et l’interaction humaine à travers un androïde. Ce domaine de la recherche vise à mettre au point des dispositifs interactifs. Par exemple, Grace est une gynoïde qui tient compagnie aux personnes âgées ou aux patients de COVID-19.

Les robots servent avant tout à remplacer les humains dans diverses tâches, notamment pour réduire les risques ou pour se libérer des tâches répétitives. Par ailleurs, les chercheurs les utilisent également pour étudier le mécanisme des humains. Cela leur permet de concevoir des dispositifs utiles tels que les prothèses et les orthèses.

La perception par autrui

En tant que dispositif métallique (dans la plupart des cas), les robots ne suscitent pas de réaction émotionnelle. En revanche, un androïde ressemble de près à un humain. Cette ressemblance peut s’avérer perturbante et bien qu’elle suscite la fascination, elle peut également créer un malaise.

Les origines de l’androïde

Les Japonais ont été les premiers à créer les androïdes, qu’ils ont initialement appelé les actroïds. C’est à l’université d’Osaka que Hiroshi Ishiguro a produit le premier androïd. Il a fallu une dizaine d’années pour que l’apparence de l’androïde devienne plus réaliste que celle d’un robot. Les humains artificiels ont commencé à avoir des rides et le visage devenait de plus en plus souple pour pouvoir se déformer à la manière des humains.

De même, au fil des années, les mouvements des androïdes sont devenus de plus en plus fluides, bien qu’ils ne soient pas tout à fait naturels. Selon Ishiguro, à première vue, un androïde peut faire croire qu’il s’agit d’un humain, mais seulement pour quelques secondes.

En 2014, il a présenté deux gynoïdes téléguidables. La première, appelée Komoroïd (issue du mot japonais signifiant enfant) ressemblait à une adolescente et disposait de 30 degrés de liberté. La seconde qui en possédait 40 imitait une adulte, d’où son nom Otonaroïd. D’autres androïdes ont vu le jour au Japon et certains d’entre eux figurent même dans les meilleurs classements tels que Erica et Junko Chira.

Mais les Japonais ne sont pas les seuls en liste en termes de création d’androïde. L’entreprise chinoise Hanson Robotics a par exemple développé des humains artificiels. Nous avons déjà parlé de Sophia, la gynoïde. Elle a marqué l’histoire de la science des androïdes en devenant le tout premier à obtenir une citoyenneté. D’autre part, Hanson Robotics a également développé plusieurs androïdes masculins, dont Albert Einstein HUBO, Han ou encore Philip K. Dick.

La vallée de l’étrange

Il existe une théorie selon laquelle la ressemblance entre un robot et un humain peut susciter de l’empathie de la part de ce dernier. Cette théorie, connue comme « La vallée de l’étrange » ou « La vallée dérangeante » s’applique également aux animaux, supposant notamment que les humains auraient une préférence pour les mammifères.

Néanmoins, en dépit de la ressemblance, il existe également des détails qui distinguent les humains des androïdes. Cela crée alors une perturbation, ou un malaise pour ainsi dire. Et effectivement, une récente étude a montré que le regard des robots pouvait influencer le cerveau des humains.

Les avantages des androïdes

L’un des principaux avantages d’un androïde est l’utilisation d’un système mécatronique humanoïde riche en capacités sensorimotrices complexes. Ils jouent un rôle crucial dans le processus de recherche en robotique.

En outre, la conception avancée de la tête d’un androïde ainsi que ses caractéristiques faciales semblables à celles de l’homme permettent plusieurs utilisations fonctionnelles. Il peut interagir et travailler dans divers environnements pour des utilisations environnementales.

Un androïde a la capacité de réaliser n’importe quelle tâche grâce à un logiciel approprié. Il semble réaliste et possède une cognition avec une autonomie physique. Il est adapté aux missions futuristes et dangereuses liées à l’exploration spatiale. Par ailleurs, il peut être utile en cas de catastrophe naturelle et pour les tâches quotidiennes.

Un androïde est également utile pour prendre soin des personnes malades, ramasser les déchets dans les maisons et les bureaux. Ils permettent de se déplacer dans les rues et contribuent au développement de l’économie.

Les entreprises et les sociétés utilisent également les androïdes pour remplacer les emplois humains et offrir une grande efficacité de travail. En fait, ils peuvent effectuer des tâches répétitives sans aucune erreur. Dans de nombreux espaces commerciaux, il sert également à des fins de divertissement et à l’exécution de prestations à des fins de divertissement. Ils sont même capables de vous amuser en chantant et en dansant comme le font les humains.

Les limites d’un androïde

Nous devons reconnaître que le développement de l’androïde a bien évolué jusqu’à ce jour. Non seulement il ressemble de plus en plus à un humain au niveau de son apparence, mais ses capacités se rapprochent davantage des nôtres.

Néanmoins, malgré l’aspect cognitif assez développé de ces humains artificiels, leurs capacités restent limitées. Même s’ils peuvent reproduire les expressions faciales et certains mouvements propres aux humains, les androïdes ne sont pas réellement actifs. Par rapport aux robots humanoïdes, leurs champs d’application ne sont pas aussi larges ainsi que leur autonomie. De même, un androïde ne présente pas la même utilité qu’un robot qui peut remplacer les humains dans différentes tâches difficiles. Par exemple, nous n’en verrons pas de si tôt dans les chantiers ou dans les industries de fabrication.

Cela nous amène à nous poser la question sur la véritable utilité d’un androïde. Tout comme certains experts pensent que le robot social ne peut offrir autre chose que le divertissement, nous nous demandons à quoi servirait un faux humain aux capacités limitées ?

Aura-t-il une place dans le futur ?

Toujours est-il que le développement d’un être artificiel pour la recherche cognitive et social peut avoir un certain intérêt, du moins pour les chercheurs. Pour le reste, nous pouvons espérer qu’à l’avenir, un androïde aura bien plus en commun avec un humain que son apparence et quelques mouvements musculaires. En d’autres termes, il pourrait manipuler des objets et se déplacer de manière plus autonome. Par ailleurs, avec l’évolution de la technologie de l’IA conversationnelle, ce serait le meilleur dispositif pour prendre la place des assistants virtuels et vocaux.

Les dangers possibles des androïdes

Stuart Russell, vice-président du Conseil sur la robotique et l’intelligence artificielle du Forum économique mondial, met en garde contre la création d’un androïde. Cet expert a lancé un appel pour « interdire les robots humanoïdes » lors du panel de l’Institute Milken intitulé « Artificial Intelligence : Ami ou ennemi ? »

Son point de vue fait écho à la théorie controversée connue sous le nom d’Uncanny Valley. Celle-ci postule que plus un robot commence à ressembler à un être humain, plus il met les utilisateurs mal à l’aise ou les révolte.

Une étude de 2015 publiée dans Cognition a donné une certaine crédibilité à cette théorie. Les participants ont été invités à évaluer 80 images de robots sociaux ainsi qu’à jouer à un jeu d’investissement économique. Cette démarche visait à mesurer leur niveau de confort et de confiance pour chaque robot. Les chercheurs ont constaté que la sympathie des robots diminuait fortement dès qu’ils commençaient à ressembler extrêmement à des humains.

Russell a déclaré qu’il pensait que l’uncanny valley pourrait poser un problème majeur aux enfants en particulier. En effet, grandir dans une maison où les humains et un androïde vivent ensemble peut être déroutant. L’enfant peut développer des psychoses parce que les machines ne se comportent pas comme il le souhaite. Il a été révélé que les enfants sont susceptibles de présenter des “comportements abusifs graves” envers les robots.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.