dans

DABUS, l’IA brevetée « inventeur » par l’Afrique du Sud

DABUS, la première IA qui a reçu un brevet en tant qu'inventeur

Il y a quelques semaines, DABUS est devenue la première IA au monde à être brevetée en tant qu’inventeur par l’Afrique du Sud.

DABUS a inventé des récipients alimentaires qui conservent mieux la chaleur. Grâce à cette innovation, l’IA a reçu un brevet d’invention en juillet dernier. Mais les experts continuent de contester la décision du gouvernement sud-africain.

DABUS, la première IA reconnue en tant qu’inventeur

DABUS signifie device for the autonomous bootstrapping of unified sentience. Il s’agit d’une IA mise au point par le Dr Stephen Thaler qui simule le brainstorming pour créer de nouvelles inventions. L’innovation qui lui a valu son brevet d’invention est un récipient alimentaire basé sur la géométrie fractale pour une meilleure adhérence.

Autrement dit, DABUS a inventé des récipients qui peuvent s’emboîter entre eux pour que les robots puissent les saisir et les empiler plus facilement. Par ailleurs, il s’agit de conteneurs qui permettent d’améliorer le transfert de chaleur, autrement dit, qui la conservent mieux.

DABUS fait partie de types d’IA appelé « machines créatives ». Entre autres, celles-ci sont capables de fonctionner de manière indépendante et complexe. Pour ce faire, elles traitent et analysent des données pour en tirer des enseignements. Autrement dit, c’est un processus de machine learning grâce auquel la machine d’IA, et dans ce cas précis DABUS, est capable de créer de manière autonome et devient donc inventeur.

La décision de l’Afrique de Sud contestée par les experts en propriétés intellectuelles

Depuis plusieurs années, les offices de brevets de différents pays ont refusé d’accorder à DABUS un brevet d’invention. Ce fut donc avec étonnement que la communauté internationale reçut la nouvelle, en juillet dernier.

Les experts critiquent cette décision, en continuant d’affirmer que DABUS, et d’ailleurs aucune IA ne dispose du statut juridique nécessaire pour être considérée comme un inventeur.

Par ailleurs, ils remettent fortement en question les procédures sud-africaines de brevet sous prétexte de négligence. En effet, selon les critiques, elles ne comportent actuellement qu’une seule étape d’examen formel.

Toutefois, la politique de propriété intellectuelle de l’Afrique du Sud encourage l’innovation pour résoudre les problèmes socio-économiques du pays. En d’autres termes, l’octroi du brevet à l’IA est parfaitement logique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.