dans

Cybersécurité : le rôle de l’IA dans la lutte contre les hackers

cybersécurité

L’intelligence artificielle peut avoir une solution à tout, donc elle a évidemment son rôle à jouer en termes de cybersécurité. Mais cela fonctionne également dans le sens inverse.

Plus une entreprise se développe en matière de technologies, plus elle est sujette aux menaces de cybercriminalité. En effet, les hackers gardent toujours une longueur d’avance sur les avancées technologiques afin de mettre au point les stratégies les plus innovantes. Pour les entreprises, cela implique une vigilance constante et surtout des mesures de sécurité de pointe.

La cybersécurité, en quoi ça consiste ?

Le mot « cybersécurité » est composé de deux concepts : cyber et sécurité. Il s’agit ici de la sécurité des systèmes et des programmes informatiques; ainsi que des réseaux. En d’autres termes, elle consiste à protéger ces systèmes contre les cyberattaques.

Généralement, ces attaques numériques touchent les informations sensibles (accès et modification illégales, destruction, etc.). Dans certains cas, elles visent également à extorquer de l’argent aux utilisateurs ou à rompre des processus commerciaux en cours.

Une approche de cybersécurité inclut différentes couches de protection au niveau des systèmes concernés. Autrement dit, elle implique à la fois les appareils, les données, les programmes et les réseaux. Afin de lutter contre les hackers ou les cybercriminels, toutes les parties doivent être mobilisées, à savoir les personnes, le processus et la technologie. Cette dernière est essentielle pour fournir tous les outils nécessaires, étant donné qu’il est question d’attaques numériques.

Les enjeux de la cybersécurité sont multiples dans le monde actuel où tout le monde dépend des services et des outils numériques. En d’autres termes, toute entreprise et toute personne sont exposées à des risques de cyberattaques.

Le rôle de l’IA dans la cybersécurité

Actuellement, il existe des solutions d’IA pour résoudre différents problèmes dans la vie quotidienne, mais aussi au sein des entreprises. Nous pouvons même dire que l’intelligence artificielle est quasiment la clé de tous ces obstacles. Par conséquent, afin de répondre à la problématique de la cybersécurité, elle a certainement son rôle à jouer.

De nos jours, les cyberattaques prennent de plus en plus d’ampleur. Non seulement ils se multiplient, mais ils deviennent plus complexes, ce qui se traduit par plus de dommages. Comme nous l’avons déjà mentionné plus tôt, cela peut s’expliquer par l’augmentation des appareils et des systèmes informatiques.

Heureusement, l’intelligence artificielle et le machine learning peuvent aider à rester à la hauteur des hackers. En effet, si ces criminels ont une longueur d’avance sur la technologie, cette dernière peut aussi être utilisée pour lutter contre leurs attaques.

En termes simples, l’IA permet d’automatiser la détection des menaces potentielles et d’y répondre plus efficacement que les approches traditionnelles.

Des défis à relever

Un système de gestion basé sur l’IA doit être en mesure de résoudre les plus grands défis de la cybersécurité.

Le premier que nous n’avons cessé de répéter concerne la vaste étendue de la surface d’attaque. Autrement dit, le développement de la technologie à grande échelle offre davantage de terrain de jeu aux hackers.

Par ailleurs, les dizaines, voire les centaines d’appareils utilisés par les entreprises et les organisations signifient plus de dispositions à prendre en termes de sécurité.

D’autre part, à mesure que la technologie avance, les vecteurs d’attaques se multiplient. Globalement, il existe des centaines de moyens par lesquels les cybercriminels peuvent orchestrer leurs attaques.

Et malgré tous ces défis qui se présentent, le nombre de professionnels de sécurité est étonnamment faible. Et pour couronner le tout, l’explosion de la quantité des données est devenue un problème qui dépasse les capacités humaines.

L’IA au service de la cybersécurité

Il est possible de collecter des données depuis les systèmes d’information au sein des entreprises. Pour ce faire, un système autodidacte est formé grâce à différentes technologies d’apprentissage. Ensuite, les données sont analysées et utilisées pour établir des corrélations entre les signaux pertinents sur les éventuelles surfaces d’attaques.

Certes, en termes de cybersécurité, les différents logiciels et outils présentent toujours des avantages. Néanmoins, nous devons comprendre leur impact afin d’optimiser leur efficacité. L’intelligence artificielle permet d’identifier les points forts et les lacunes au niveau des systèmes de sécurité informatique.

Par ailleurs, l’applicabilité des recommandations et des analyses est la clé pour que l’IA puisse améliorer ces systèmes. En effet, il est important que toutes les parties prenantes comprennent ce qu’ils impliquent.

Anticiper et répondre aux menaces

Les hackers, comme tout le monde, aiment se mettre au goût du jour. Les systèmes basés sur l’intelligence artificielle fournissent les informations nécessaires sur les menaces spécifiques au niveau mondial. De cette manière, les entreprises pourront prioriser des décisions, à la fois en fonction des éventualités et des probabilités d’attaques.

Une autre contribution de l’IA pour la cybersécurité concerne l’inventaire des actifs informatiques. Cela inclut les appareils, les utilisateurs et les applications avec un accès à tout le système.

En outre, les systèmes basés sur l’intelligence artificielle ont la capacité de prédire comment et quand les menaces sont les plus importantes. En d’autres termes, l’IA offre la possibilité de mettre au point des stratégies axées sur les zones les plus menacées.

Enfin, elle peut aider à améliorer la hiérarchisation et à répondre aux alertes de sécurité. Entre autres, elle met en évidence les sources d’incidents afin de réduire la vulnérabilité des systèmes. Elle offre ainsi une réponse rapide aux incidents et permet en même temps d’éviter les futurs problèmes.

Utiliser la cybersécurité pour l’IA

L’intelligence artificielle est elle-même une technologie. En tant que telle, elle représente donc aussi une cible potentielle pour les cyberattaques. Et par rapport aux logiciels et aux appareils traditionnels, ses systèmes sont attaqués de manière non-traditionnelle. Autrement dit, les menaces qui pèsent sur les systèmes d’IA sont d’un tout autre niveau.

Portons notre attention sur les données d’entraînement. Une fois qu’elles sont compromises, l’apprentissage des systèmes ne se déroule pas comme il devrait. En outre, il arrive également que des éléments externes soient falsifiés. Du coup, le système risque de ne pas les détecter ni les reconnaître.

Par conséquent, il est important de renforcer la protection des systèmes basés sur l’IA afin de s’assurer que son cycle de vie soit sécurisé. Cela part de l’idéation jusqu’au déploiement ainsi qu’à la surveillance post-commercialisation, à savoir le suivi et l’audit de l’exécution.

Une approche soutenue par différents acteurs

L’intelligence artificielle étant une technologie qui concerne des secteurs clés, différents organismes prennent leur part de responsabilité dans la lutte.

« Règlement relatif à une approche européenne de l’intelligence artificielle »

En effet, les règles de l’UE sur l’utilisation de l’intelligence artificielle encouragent la protection des systèmes d’IA. En termes de cybersécurité, ces règles proposent des ensembles de données de haute qualité ainsi que la documentation et l’archivage. Les textes imposent également la transparence, notamment au niveau des informations fournies.

La supervision par un humain est, par ailleurs, requise, tout comme la robustesse, la précision et la sécurité. Autrement dit, afin de fournir les protections nécessaires aux systèmes d’IA, le fait de répondre à ces exigences est fondamental.

cybersécurité

Les propositions du CEPS

De son côté, la Task force du CEPS (Centre for European Policy Studies) sur l’IA et la cybersécurité partage le même point du vue. Toutefois, elle a ses propres recommandations en termes de protection des systèmes d’IA. Ces propositions concernent surtout le maintien de la responsabilité dans les systèmes intelligents.

Selon eux, il faut tenir des journaux sécurisés sur le développement et la programmation du système. Ils doivent contenir des informations sur les différentes modifications (Qui ? Quoi ? Quand ? Pourquoi ?) si le code n’est pas en accès libre. Ces journaux doivent également sauvegarder toutes les versions du logiciel pour pouvoir vérifier ou annuler les changements effectués.

D’autre part, il est important de documenter tous les logiciels relatifs aux programmes, ainsi que les données d’entraînement de tous les algorithmes de machine learning utilisés. Néanmoins, ces documents doivent être cybersécurisés. De plus, c’est une manière de se conformer aux différentes politiques de confidentialité et à d’autres principes. En outre, le machine learning doit rimer avec une traçabilité des paramètres du modèle et des procédures de formation.

Avant de déployer toute technologie, les tests sont impératifs. Aussi, des enregistrements qui prouvent la promptitude du système devraient être exigés. Et il en va de soi que les suites des tests sont également requises dans le cadre d’un suivi. Le CEPS exige aussi une amélioration de la fiabilité et la reproductibilité de l’IA avec les différentes techniques existantes. 

L’audit des différents modèles doit être fait au point de défaillance, de même que la livraison des informations. Ces démarches sont essentielles pour une analyse ultérieure.

En somme…

Nous devons garder en tête que les systèmes d’IA qui contribuent à la cybersécurité sont les mêmes systèmes que les hackers utilisent pour s’attaquer aux entreprises. Autrement, si l’intelligence artificielle constitue un élément clé pour la lutte contre les cyberattaques, la protection doit avant tout commencer par elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.