dans

Une intelligence artificielle pour ramener un mort ?

Parler à une mort grâce à l'intelligence artificielle

Via un chatbot à intelligence artificielle, un homme a continué de discuter avec sa fiancée après la mort de celle-ci.

Les utilisations de l’intelligence artificielle n’ont presque plus de limites de nos jours. Mais cette capacité à aller au-delà de la réalité pourrait être dangereuse d’après les créateurs de la technologie. En effet, une utilisation mal intentionnée pourrait conduire à la désinformation.

Parler à un mort grâce à l’intelligence artificielle

Project December, tel est le nom du logiciel qui a permis à Joshua Barbeu de parler avec sa fiancée décédée. Il s’agit d’une technologie d’IA qui sert à créer des chatbots hyperréalistes.

Pour procéder, Barbeau a alimenté le système d’anciens messages de sa fiancée avec quelques informations de base. De cette manière, le modèle d’apprentissage du chatbot pouvait l’imiter presque naturellement.

Le logiciel Project December a été conçu grâce au GPT-3 d’OpenAI. C’est un modèle d’intelligence artificielle qui apprend à partir d’un vaste ensemble de données existantes pour générer des textes. Les documents produits par GPT-3 imitent les textes écrits par les humains d’une manière très précise.

C’est donc grâce à ce système d’intelligence artificielle que Bardeau a pu simuler une discussion avec sa fiancée malgré la mort de celle-ci.

Une technologie dangereuse selon ses créateurs

Certes, les capacités de GPT-3 et des autres systèmes de Generative AI peuvent être qualifiées de révolutionnaires. Toutefois, les créateurs de cette technologie nous mettent également en garde face aux utilisations dangereuses.

En effet, selon eux, cette IA peut alimenter les campagnes de désinformation de masse ou alors permettre à certains utilisateurs malveillants d’usurper l’identité d’autrui. Face à ces inquiétudes, la sortie du GPT-2 a déjà connu un décalage. Quant au GPT-3, l’accès à la technologie est toujours restreint.

Néanmoins, malgré les mesures de restrictions prises par Open AI ou les autres groupes de recherche, la désinformation est déjà partout sur les réseaux sociaux. Et avec les avancées actuelles de la technologie, le véritable problème se situe dans l’authentification des contenus que nous pouvons trouver sur internet.

Dans le cas de Joshua Barbeau, l’intelligence artificielle a permis, en quelque sorte, de faire parler un mort. Mais il existe également d’autres technologies qui permettent de générer des vidéos ou des images surréalistes. Autrement dit, toutes ces percées révolutionnaires pourraient finir par créer la confusion dans le monde entier entre ce qui est vrai et ce ni ne l’est pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.