dans

La nouvelle IA de traduction de Meta prend en charge 200 langues

IA traduction Meta

Avec sa nouvelle IA de traduction qui peut traduire jusqu’à 200 langues, Meta se rapproche un peu plus de son objectif du metaverse.

L’entreprise de Mark Zuckerberg continue de développer des projets et de les publier en open source pour en faire profiter toute la communauté. Avec ce nouveau modèle d’IA, les technologies existantes pourront désormais être disponibles dans un plus grand nombre de langues. Et pour Meta, cela signifie que la réalisation du metaverse avance à grands pas.

NLLB-200 : le nouvel outil d’IA de traduction de Meta

Alors que les nouvelles technologies évoluent de jour en jour, certaines communautés n’en bénéficient pas encore dans leur langue maternelle. C’est la raison pour laquelle Meta a créé son nouvel outil de traduction basé sur l’IA appelé NLLB-200.

L’équipe a développé l’IA dans le cadre de son projet intitulé « No Language Left Behind » qui veut dire « aucune langue laissée de côté ». Et c’est bien le cas de le dire étant donné que l’IA prend en charge 200 langues. L’outil inclut donc plusieurs langues d’Afrique et d’Asie qui sont particulièrement nombreuses, et bien d’autres encore.

En outre, les chercheurs de Meta ont construit un jeu de données qu’ils ont baptisé FLORES-200 pour entraîner et évaluer NLLB-200. Cela a permis de mesurer ses performances dans 40 000 directions linguistiques différentes.

Ils ont ensuite comparé les résultats avec celles de leurs précédentes recherches sur l’IA. En moyenne, NLLB-200 a obtenu des résultats supérieurs de 44 %. Pour certaines langues africaines et indiennes, ils étaient même de plus de 70 % plus précis.

Encore un projet open source

Cet outil de traduction basé sur l’IA rejoint une longue liste de projets open source de Meta. En plus des modèles NLLB-200, l’entreprise ouvre également l’ensemble de données FLORES-200 ainsi que l’ensemble des codes d’entraînement et création de jeux de données.

D’autre part, Meta encourage les organisations à but non lucratif et les chercheurs à utiliser NLLB-200. À cet effet, la société offre une subvention allant jusqu’à 200 000 dollars pour les initiatives axées sur la durabilité, la sécurité alimentaire, la violence sexiste et l’éducation. Cela vaut également pour les projets dirigés par les objectifs de développement durable de l’ONU.

Une autre utilisation serait la création d’assistants vocaux qui fonctionnent dans plus de langues ou la traduction de médias comme les vidéos.

Pour les propres projets de Meta, cette nouvelle IA améliorera les services de traduction sur ses différentes plateformes. L’entreprise cite notamment plus de 25 milliards de traductions chaque jour sur le fil d’actualité de Facebook et Instagram ainsi que d’autres produits.

Rappelons également que lors de la présentation de son projet pour le metaverse, Mark Zuckerberg a évoqué la création d’un traducteur vocal en temps réel. Le développement de NLLB-200 est donc un grand pas en avant pour atteindre son objectif.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.