dans

Le parlement européen a finalement formulé ses recommandations sur l’IA

Les recommandations du parlement européen (AIDA) sur l'IA

La Commission AIDA (Artificial Intelligence in a Digital Age) du parlement européen formule ses recommandations sur l’IA dans un rapport.

La Commission spéciale sur l’intelligence artificielle à l’ère du numérique ou AIDA a été créé en septembre 2020. Elle a pour principal objectif d’analyser l’impact économique et les défis liés à l’IA. Mais il aura fallu 18 pour que le comité adopte son texte final.

AIDA Report : les recommandations du parlement européen sur l’IA

Hier, la Commission AIDA du parlement européen a adopté son premier rapport sur l’IA. Alors que les débats sur l’utilisation de l’intelligence artificielle continuent, le texte entend les orienter vers le potentiel que le développement de la technologie peut apporter à l’homme.

En outre, le rapport estime que l’Union européenne a du retard à rattraper pour devenir le leader mondial en matière de technologie. L’AIDA Report propose alors une feuille de route dans ce sens. Il suggère, entre autres, que l’UE agisse au niveau mondial pour créer de nouvelles normes sur l’IA.

Par ailleurs, les députés explorent le potentiel de la technologie dans différents secteurs (santé, changement climatique, lutte contre la famine, etc.). Ils mettent également l’accent sur son rôle dans l’éducation, la formation, le marché du travail et l’innovation.

Comment réglementer l’IA ?

Les recommandations du parlement européen touchent également la réglementation de l’IA par l’UE. Selon la Commission AIDA, la régularisation ne doit pas toujours se limiter à considérer l’intelligence artificielle comme toute autre technologie. Chaque système d’IA peut avoir un usage particulier qui présente ses propres risques et avantages auquel les réglementations devraient être adaptées.

Pour citer le président de la Commission AIDA, Dragoş Tudorache, « les règles doivent être conformes à nos valeurs ». Il cite notamment « la démocratie, l’État de droit, les droits fondamentaux et le respect de l’ordre international fondé sur des règles ».

Les députés ont voté, en octobre 2021, un rapport d’initiative pour interdire la surveillance de masse. Ce nouveau rapport de l’AIDA renforce cette initiative en soulignant que certains usages de l’IA soulèvent des questions éthiques et juridiques. D’autres préoccupations du parlement européen concernent le développement des armes létales autonomes. Le texte insiste donc sur l’établissement de normes minimales sur le développement responsable de l’IA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.