in ,

Plainte contre OpenAI : un homme injustement incriminé par ChatGPT

plainte contre chatgpt

Un animateur radio porte plainte contre en raison d'une allégation qu'a générée , suite à une demande d'un journaliste.

Selon la victime, Mark Walters, ChatGPT aurait généré de fausses allégations contre lui. Et selon les déclarations de Walters, l'accusation porte sur le détournement de fonds. Jusqu'ici, aucune information sur sa demande de dommages-intérêts n'a été fournie.

Une réponse convaincante mais erronée

L'affaire Mark Walters tient ses origines de la demande d'un journaliste sur ChatGPT, appelé Fred Riehl, de résumer un cas réel devant le tribunal. L'outil a donc fourni et généré un faux résumé dont les détails semblent être convaincants, mais erronés. Et si certaines informations étaient factuelles, ChaTGPT a également fourni des allégations contre un animateur radio dénommé Mark Walters. Comme quoi, l'animateur aurait détourné plus de 5 000 000 de dollars d'une organisation à but non lucratif.

De son côté, Riehl affirme ne pas avoir publié le contenu que ChatGPT a généré suite à sa demande. Selon ses dires, il a tout simplement effectué une vérification sur les détails avec une autre partie. La question qui se pose est alors de savoir comment Walters a pu prendre connaissance de l'existence du document.

🤖

Accusation contre ChatGPT : premier procès et non la première plainte

ChatGPT, et tous les autres chatbots IA génèrent souvent de fausses informations. Et l'affaire mark Walters n'est pas le premier cas de poursuite contre l'IA si l'on prend on compte les nombreuses plaintes généralisées précédentes. Les erreurs et les réponses non factuelles existaient déjà après la sortie de son chatbot.

Mais OpenAI décline toute responsabilité sur les éventuelles fausses informations générées par ChatGPT. Tout utilisateur devrait trouver une clause de non-responsabilité sur la page d'accueil de l'outil. , PDG d'OpenAI ajoute même qu'il s'agit d'une IA fiable et qu'il préfère de loin l'IA que les livres.

Jusqu'ici, on ne peut pas encore affirmer l'existence d'un précédent juridique en ce qui concerne la responsabilité d'une entreprise pour les systèmes alimentés par l'.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *