dans

Repenser l’éducation à l’ère de l’intelligence artificielle

L'éducation et l'intelligence artificielle

À l’ère de l’intelligence artificielle, l’initiation à cette technologie devrait faire partie de l’éducation dès le plus jeune âge.

L’IA et la data science sont aujourd’hui les piliers du progrès technologique. Plus les entreprises qui œuvrent dans ces domaines augmentent, plus la demande de personnels qualifiés s’accroît. Par ailleurs, à une époque où presque tous les secteurs sont concernés, sa perception par le monde doit également évoluer.

Une pénurie de data scientists

Depuis que le métier de data scientist a été déclaré le métier le plus « sexy » du 21e siècle, les universités ont intensifié leurs initiatives d’enseignement de la data science. Et le fait est que la prochaine révolution de l’intelligence artificielle nécessite une transformation fondamentale de l’éducation.

Cependant, face à la forte demande de data scientists dans les grandes entreprises technologiques, les scientifiques diplômés des universités ne sont toujours pas assez pour y répondre. Dans le cas de l’IA, ces besoins s’expliquent par sa présence dans chaque secteur d’activité, d’après Martial Hebert, doyen de la School of Computer Science de l’Université Carnegie Mellon (CMU).

Ainsi, selon lui, les programmes d’enseignement doivent inclure de nouvelles disciplines qui combineraient l’IA et ses domaines d’applications. En ce qui concerne la CMU, ils ont instauré un programme appelé Master of Science in Artificial Intelligence and Innovation. L’objectif est de permettre aux étudiants d’appliquer l’IA au sens large. Par ailleurs, ils prévoient également de lancer un programme qui explorera l’utilisation de l’IA dans les politiques publiques.

Inclure la compréhension de l’intelligence artificielle dans l’éducation de base

Au-delà d’une compréhension technique de la datascience, les étudiants qui intégreront ces programmes devront être familiers avec l’IA. Cela implique alors d’inclure l’initiation au monde de l’intelligence artificielle dans le programme d’éducation dès le plus jeune âge.

En effet, d’après la vision de Hebert, avoir des citoyens qui comprennent le rôle de l’IA dans la société serait bénéfique pour la communauté. Il ne s’agit pas uniquement de faire connaître ses avantages, mais également ses limites et les questions éthiques.

Le but n’est pas de pré-former de jeunes scientifiques, mais plutôt d’aider le monde à comprendre les enjeux de la technologie. Autrement dit, dans un futur imminent où l’IA se trouverait au centre de presque toutes les activités, chacun devrait avoir son mot à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.