dans

General Motors dépose un brevet pour un véhicule autonome qui vous apprend à conduire

General Motors dépose un brevet pour un véhicule autonome formateur

Le véhicule autonome pour lequel General Motors a déposé un brevet formera les nouveaux conducteurs.

L’intérêt des constructeurs automobiles et des entreprises technologiques pour les systèmes de conduite autonome ne cesse de croître. Pour General Motors, une voiture qui peut s’autoconduire peut aussi enseigner ce qu’elle sait à un conducteur humain.

Un ordinateur pour former un conducteur

General Motors ou GM a déposé un brevet pour un système de véhicule autonome inédit. Pour ce constructeur automobile, une voiture autonome doit être capable de détecter son environnement afin d’y naviguer avec une intervention minime du conducteur.

Alors que la perception commune de la technologie de conduite autonome correspond au remplacement des conducteurs, GM explore une nouvelle manière de l’exploiter. Avec son nouveau système, l’entreprise propose de former et d’évaluer les nouveaux conducteurs. En effet, elle vise à enseigner les bases de la conduite sur la voie publique à l’aide d’un ordinateur, au lieu d’un instructeur humain.

General Motors dépose un brevet pour son nouveau système

Le brevet a été déposé par General Motors auprès de l’United States Patent and Trademark la semaine dernière. Il décrit une méthode pour former un apprenti conducteur à l’aide d’un véhicule autonome. En d’autres termes, le système ne nécessite aucune intervention d’instructeur humain pour juger le stagiaire. C’est le processeur qui déterminera le meilleur plan d’action pour conduire la voiture.

Même avec un véhicule autonome, il arrive qu’un humain doive reprendre le contrôle de la voiture, pour des raisons de sécurité. Mais selon GM, le conducteur peut aussi vouloir reprendre le volant juste pour son plaisir. Dans les deux cas, le nouveau système breveté pourrait signaler les moments opportuns, comme l’indique le document.

Par ailleurs, il se propose de former les nouveaux conducteurs aux fonctionnalités basiques. Autrement dit, le véhicule autonome peut leur apprendre à manier correctement la direction, le volant, l’accélérateur, les freins, etc. Pour l’évaluation, le système comparerait les décisions du conducteur avec ses propres recommandations afin de lui attribuer un score.

Comme principale raison d’adopter ce véhicule, GM suggère qu’il contribuerait à réduire le coût lié à l’apprentissage et à la rémunération d’un instructeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.