in

L’IA reproduit facilement le style unique d’un célèbre photographe

Tim Flach, photographe britannique de renom, est mondialement reconnu pour ses magnifiques portraits de la vie sauvage. Il réalise de belles photographies d’oiseaux et de bien d’autres espèces. Toutefois, il voit son style unique copié par l’IA Midjourney. Cette technologie reproduit ses œuvres presque à l’identique, et ce, avec une grande facilité.

Les générateurs d’images par intelligence artificielle révolutionnent la création artistique. Midjourney, parmi ces IA, permet de convertir aisément des idées en œuvres numériques. Il suffit de décrire en langage courant ce que l’on souhaite obtenir pour que l’IA propose quatre interprétations visuelles.

Par ailleurs, les capacités de ces outils ne font que progresser. La V6 Midjourney permet par exemple de générer des images réalistes avec un haut niveau de détails. Son interprétation des prompts s’affine. Elle parvient à reproduire fidèlement des requêtes précises.

Cependant, ces prouesses technologiques ne sont pas sans controverse. Pour atteindre un tel degré de créativité, ces IA ingèrent d’énormes quantités d’images, dont une grande partie est sous copyright. Les sociétés à l’origine de ces technologies les utilisent donc sans l’accord des photograpahes.

L’IA génère une image très identique à une œuvre originale

Des artistes ont porté plainte contre Midjourney pour dénoncer de telles pratiques. Dans le cadre de cette affaire, une liste de près de 16 000 artistes dont le style aurait été copié est dévoilée, incluant Tim Flach.

Connus pour ses œuvres telles que « Dogs Gods » et « More than Human », Flach a décidé de tester les compétences de l’IA en lui demandant de reproduire certaines de ses créations. En insérant son nom dans le prompt, il a demandé à Midjourney de générer une photo dans son style distinctif. Le photographe est surpris du résultat. Il a ensuite partagé ces images avec PetaPixel. Comme vous pouvez le voir ci-dessous, la version générée par l’IA présente une ressemblance notable avec l’œuvre originale.

 Flach souligne la facilité avec laquelle Midjourney peut reproduire des images dans son style caractéristique. Une simple requête suffit, et l’IA recherche les correspondances dans ses œuvres antérieures pour générer des propositions.

Un cadre juridique clair et une rémunération appropriée

Selon Flach, ce qui se passe est tout simplement inacceptable. Les photographes devraient pouvoir choisir si leurs œuvres alimentent l’entraînement des IA ou non. Ici, ses clichés sont exploités à son insu. Le photographe exige ainsi un meilleur encadrement légal de ces pratiques. Tout comme un magazine doit obtenir l’accord d’un artiste avant de publier son travail, ces sociétés technologiques devraient recueillir le consentement explicite des photographes avant d’utiliser leurs créations.

Il souligne que certains de ses projets photographiques ont nécessité des investissements financiers importants. Aussi, il paraît légitime que les photographes soient rémunérés quand leurs images servent à entraîner des algorithmes. Sans ces données de qualité, ces IA ne peuvent pas être aussi performantes. En même temps, l’accès à Midjourney requiert un abonnement payant. Pourtant, l’entreprise derrière cette IA, génère des milliards de dollars de profits en utilisant des œuvres protégées par le droit d’auteur.  

Peut-on espérer l’émergence d’un compromis de cette bataille et ces débats juridiques ? Affaire à suivre…

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *