dans

Cybersécurité : Voitures autonomes, cibles trop faciles pour les hackers

En cybersécurité, les voitures autonomes s’exposent aux dangers. Heureusement, les solutions ne manquent pas pour empêcher ce fléau.

Les experts de la cybersécurité soulignent que le développement de l’industrie des voitures autonomes semble faciliter la tâche aux hackers. Par conséquent, cela menace l’avenir du secteur dans la mesure où les pirates arrivent à tout contrôler. Ainsi, à tous ceux qui ont déjà goûté au plaisir de l’autonomie de leur voiture, voici les solutions à vos problèmes.

Les voitures autonomes, des cibles faciles ?

Les voitures autonomes roulent grâce à l’intelligence artificielle. De la sorte, elles peuvent voir les itinéraires à emprunter et prendre la décision en conséquence. Actuellement, il existe 6 niveaux de véhicules intelligents. Le niveau 0 signifie une absence d’autonomie, tandis que le niveau 1 à 5 englobe les 5 niveaux d’autonomie.

Le problème est que cette autonomie expose de plus en plus ces voitures aux dangers de la cybersécurité. Plus le niveau d’autonomie est élevé, et plus la sécurité est faible.

En outre, les véhicules doivent se lier à d’autres objets connectés et à d’autres réseaux pour fonctionner à merveille. Ce qui augmente encore plus le risque de cyberattaque. En effet, les pirates en profitent pour scruter l’appareil afin de trouver les vulnérabilités et d’introduire les malwares.

Comment se présentent les risques ?

La connectivité de la voiture intelligente avec d’autres objets connectés présente un grand risque de cyberattaque. Logiciels malveillants, vers ou virus peuvent facilement entrer dans le système une fois que la voiture se connecte à un appareil ou au réseau.

Une fois attaqué, le système de la voiture intelligente ne fonctionne plus normalement. Dès lors qu’il est erroné, le système présente d’autres éléments qui peuvent engendrer des conduites dangereuses. D’après l’Agence de l’Union européenne pour la Cybersécurité ou ENISA, les malwares ajoutent de la peinture sur la route ou des autocollants sur les panneaux de signalisation.

Ce classement à tort des objets empêche les voitures de reconnaître les signaux nécessaires pour leur autonomie. Ce qui accroît le risque d’accident.

Cybersécurité : Comment se prémunir des dangers potentiels pour les voitures autonomes ?

Certes, les voitures autonomes sont plus vulnérables en matière de cybersécurité. Cependant, il existe des solutions adaptées pour garder celles-ci loin des menaces de toutes sortes.

D’abord, pour les utilisateurs, il faut procéder à des contrôles réguliers sur l’IA intégrée dans le système du véhicule. Lorsque le système est « en bonne santé », il trouve tout seul les solutions contre les cyberattaques.

Par ailleurs, du côté des constructeurs, la cybersécurité doit figurer parmi les priorités dans le processus de production. Introduire de nouvelles techniques basées sur l’IA peut être pertinent. En effet, cela peut permettre de détecter les risques avant que les malwares ne s’exécutent dans le système. Cependant, il faut reconnaître la faiblesse des entreprises face aux cyberattaques.

Pour terminer ce volet, il faut jeter un œil sur les politiques et réglementations en matière de cybersécurité automobile. L’élaboration de telles politiques revient à la fois aux constructeurs et aux utilisateurs. Cela aidera sans doute à préserver la sécurité des voitures intelligentes et l’ensemble des usagers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.