dans

[Tweet] L’IA d’aujourd’hui est peut-être déjà consciente

Une IA consciente

Le ton est monté auprès des experts après le tweet qui a affirmé que l’IA est peut-être déjà consciente.

Bien que l’IA soit sujet de controverse, la plupart des experts continuent d’affirmer que l’intelligence artificielle est loin d’acquérir une conscience. Mais un chercheur renommé dans le domaine a mis cette affirmation en doute en tweetant que certains réseaux de neurones seraient déjà conscients.

Une affirmation extravagante

Ilya Sutskever a cofondé OpenAI avec Elon Musk et le PDG de la société Sam Altman, en 2015. Ils ont fondé la compagnie de recherche sur l’IA dans le but de réduire les risques que la technologie présente. C’est alors avec grande surprise que le tweet de Sutskever, actuellement scientifique en chef, a été accueilli. Celui-ci affirme qu’« il se peut que les grands réseaux neuronaux d’aujourd’hui soient légèrement conscients ».

Il s’agit effectivement d’une déclaration inattendue, étant donné que la majorité des chercheurs en IA affirment jusqu’ici que l’intelligence artificielle est loin d’être consciente. Par conséquent, le tweet de Sutskever a fait l’objet de plusieurs critiques de la part de plusieurs experts dans le domaine.

L’IA est toujours loin d’être consciente

La déclaration d’Ilya Sutskever a suscité beaucoup de commentaires. Certains évoquent les enjeux qu’une IA consciente d’elle-même représenterait. D’autre part, les chercheurs et les experts pointent du doigt cette affirmation qu’ils qualifient de surréaliste.

Selon eux, il s’agit uniquement d’un moyen de faire parler de sa compagnie, autrement dit, d’un argumentaire de vente. Valentino Zocca, un expert en deep learning, soutient que les réseaux de neurones artificiels ne sont pas conscients. Selon lui, c’est le battage médiatique qui leur donne de l’importance.

De leur côté, Michael Bolton, un spécialiste de logiciels accuse Sutskever d’être« légèrement dans les vapes ». Leon Dercynski, un professeur en informatique, va également dans ce sens en qualifiant la déclaration de« rêverie ». Pour sa part, Toby Walsh, chercheur à l’UNSW Sidney, porte son commentaire sur les efforts que cela demandera de ramener la conversation sur les menaces plus réalistes de l’IA.

Eli Sennesh, ancien chercheur de DeepMind et Roman Wepachowski, un chercheur de Microsoft, quant à eux, ont réagi par des memes.

En réponse à la controverse, Sutskever a tout simplement déclaré que« l’ego est (surtout) l’ennemi ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.