dans

L’automatisation s’accélère avec une main-d’œuvre vieillissante

L’automatisation s’accélère avec une main-d'œuvre vieillissante

Une main-d’œuvre vieillissante expliquerait en grande partie l’adoption des technologies d’automatisation par les entreprises. 

 

Les robots et les autres formes d’automatisation offrent nombreux avantages. Par conséquent, nous pourrions croire que c’est l’émergence de ces technologies qui motivent leur adoption. Même si c’est en partie le cas, les économistes estiment qu’elles s’accélèrent surtout avec le vieillissement de la population.

Une main-d’œuvre vieillissante explique l’essor de l’automatisation

L’étude a été publiée dans un article intitulé « Demographics and Automation », co-rédigé par Daron Acemoglu, professeur au MIT, et Pascual Restrepo, professeur adjoint d’économie à l’université de Boston. Selon les deux économistes, les pays où la population vieillit adoptent plus largement les robots. Autrement dit, la main-d’œuvre industrielle vieillissante est l’un des principaux facteurs de l’adoption des technologies d’automatisation.

D’après l’étude, le vieillissement explique 35 % de la variation entre les pays et 20 % de la variation des importations de robots. Selon, Acemoglu et Restrepo, vers les années 1980, l’automatisation a commencé à remplacer plus d’emplois qu’elle n’en créait aux États-Unis. Ils ont alors constaté une forte relation entre le vieillissement de la main-d’œuvre et le déploiement des robots.

L’étude a également dévoilé la même conclusion pour les autres outils d’automatisation non robotiques. Il s’agit là des technologies telles que les machines à commande numérique ou les machines-outils automatisées.

La relation entre l’automatisation et l’inégalité économique

L’étude faite par les deux économistes a également mis en évidence des données concernant d’autres pays. Entre autres, la Corée du Sud, le Japon et l’Allemagne présentent des populations plus vieillissantes et adoptent davantage les robots. Acemoglu affirme que ces investissements dans l’automatisation sont surtout motivés par les pénuries de main-d’œuvre d’âges moyens nécessaires pour les travaux manuels.

Par ailleurs, il existe une différence entre l’adoption de ces technologies dans les différents pays. En Allemagne, l’automatisation sert principalement à compenser l’absence des travailleurs. Aux États-Unis, c’est une stratégie de réduction des coûts et de déplacement d’une main-d’œuvre légèrement plus jeune. Cela pourrait expliquer la différence entre les résultats sur le marché du travail qui sont meilleurs pour les pays qui vieillissent plus rapidement.

Pour la suite, Acemoglu et Restrepo continueront leur étude pour trouver comment la relation entre une main-d’œuvre vieillissante et l’automatisation pourrait expliquer l’inégalité économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.